/sports/hockey/canadiens
Navigation

Montembeault se dresse

Le gardien a permis au Canadien de l’emporter à Columbus

Samuel Montembeault a brillé devant les attaques des joueurs des Blue Jackets, dont Gustav Nyquist, hier, à Columbus.
Photo AFP Samuel Montembeault a brillé devant les attaques des joueurs des Blue Jackets, dont Gustav Nyquist, hier, à Columbus.

Coup d'oeil sur cet article

COLUMBUS, Ohio | Samuel Montembeault affiche des statistiques supérieures à celles auxquelles on était en droit de s’attendre cette saison. Jusqu’ici, son seul mauvais match est survenu à Columbus, la semaine dernière. De retour au Nationwide Arena, il a su effacer ce faux pas.

• À lire aussi: «Je voyais bien la rondelle, David aussi» – Samuel Montembeault

• À lire aussi: CH: encore un affrontement contre les Blue Jackets

Le Bécancourois a été solide d’un bout à l’autre du match, pavant la voie à un gain de 3 à 1 du Canadien sur les Blue Jackets.

Les deux arrêts qu’il a effectués sur des échappées de Mathieu Olivier et Gustav Nyquist, en l’espace d’une quinzaine de secondes, au début de la deuxième période, ont grandement contribué à ce que le Tricolore accorde un but ou moins à ses rivaux pour la première fois de la saison.

« Ça donne du momentum à l’équipe et ça permet au coach de respirer, a lancé Martin St-Louis à propos de cette séquence. Les gardiens mettent des pansements sur les plaies. »

Deux buts en 57 secondes

Dans le jargon sportif, les plaies, ce sont les erreurs. Les joueurs du CH en ont commis quelques-unes, même si, dans l’ensemble, ils ont offert une performance plus solide que celles dont nous avons été témoins lors des quatre rencontres précédentes.

« J’ai aimé notre début, comparativement aux derniers matchs. Les Blue Jackets ne sont pas une équipe facile à affronter. Ils se défendent bien, ils ne trichent pas », a indiqué l’entraîneur-chef du Canadien.

« En général, on a fait du bon travail. Ce n’est pas qu’on jouait un match génial, mais on ne se tirait pas dans le pied. En deuxième, Sam a sorti l’équipe du trouble. En troisième période, j’ai bien aimé notre réponse à la suite du but des Blue Jackets. »

Cette réponse, ce sont deux buts inscrits en l’espace de 57 secondes, après qu’Olivier eut amorcé la troisième période en ouvrant la marque. En passant, il s’agissait du deuxième but du Québécois cette saison, son deuxième contre le Canadien.

Arber Xhekaj et David Savard, qui a hanté son ancienne équipe en inscrivant le but gagnant, ont successivement déjoué Joonas Korpisalo pour offrir une avance aux Montréalais. Une priorité qu’ils allaient conserver jusqu’à la fin.

Qui sera devant le filet ?

L’excellente sortie de Montembeault faisait suite à la difficile soirée de Jake Allen, la veille, face aux Sabres de Buffalo. D’ailleurs, le Néo-Brunswickois connaît un certain ralentissement dernièrement.

À chacune de ses quatre plus récentes sorties, Allen a affiché un taux d’arrêts inférieur à ,900. Il a accordé au moins quatre buts dans cinq de ses six derniers matchs. Une performance comme celle que Montembeault a livrée hier soir lui permettra-t-elle de voir de l’action un peu plus souvent prochainement ?

« Oui, les performances peuvent changer le plan, mais on pensera à ça sur la route. Pour l’instant, on savoure la victoire de ce soir [mercredi] », s’est contenté de répondre St-Louis.


Sean Monahan a complété la marque dans un filet désert.

+
Samuel Montembeault
Quelques-uns des 31tirs auxquels il a fait face nétaient pas un cadeau Dailleurs, stopper deux échappées sur la même séquence, alors que le pointage est toujours de 0à0 en début de deuxième période, vaut la peine dêtre souligné
-
Evgenii Dadonov
Ça semble difficile chaque fois quil touche à la rondelle Malgré son expérience de 429matchs réguliers dans la LNH, il semble souvent prendre la mauvaise décision Surtout lorsque ladversaire applique de la pression Il a causé quelques revirements, même si les statisticiens de la LNH ne lui en ont décerné aucun
3
1
Première période
Aucun but
Punitions: Christiansen (Cls) 17:26
Deuxième période
Aucun but
Punitions: Olivier (Cls) 1:17,
Gudbranson (Cls) (maj) 4:58,
Pezzetta (Mon) (maj) 4:58,
Kovacevic (Mon) 6:58,
Guhle (Mon) 15:55,
Bemstrom (Cls) 16:06
Troisième période
1-Cls: Mathieu Olivier (2)
(Sans aide) 1:08
2-Mon: Arber Xhekaj (3)
(Evans, Slafkovsky) 2:38
3-Mon: David Savard (1)
(Dach, Caufield) 3:35
4-Mon: Sean Monahan (5)
(Sans aide) FD-18:07

(Sans aide) FD-18:07
Punitions: Anderson (Mon) 18:51
Tirs au but
Montréal 7 - 10 - 12 - 29, Columbus 6 - 10 - 15 - 31
Gardiens:
Mon: Samuel Montembeault (G, 4-2-1) Cls: Joonas Korpisalo (P, 3-3-1)
Avantages numériques:
Mon: 0 en 3, Cls: 0 en 3
Arbitres:
Garrett Rank, Pierre Lambert
Juges de lignes:
Kiel Murchison, Caleb Apperson
ASSISTANCE:
14 197
Samuel Montembeault
David Savard
★★
Sean Monahan
★★★

Ce qu’on a remarqué...

Début de match plus serré

Avant la rencontre d’hier soir en Ohio, l’entraîneur-chef du Canadien, Martin St-Louis, avait émis le souhait de voir ses troupiers connaître un meilleur départ. On peut le comprendre. Des 14 buts accordés en première période depuis le début de la saison, la moitié l’avait été au cours des quatre derniers matchs. Hier, le Tricolore a limité les Blue Jackets de Columbus à seulement six tirs en première période.

Pezzetta encaisse

Erik Gudbranson n’est pas considéré comme un bagarreur, mais il a rarement perdu l’un de ses 41 combats dans la LNH. Michael Pezzetta l’a appris à ses dépens en jetant les gants contre lui au cours de la deuxième période. L’attaquant du Canadien a beaucoup plus encaissé qu’il n’a distribué. Au change, le Tricolore a été gagnant, puisque les Blue Jackets ont été privés de l’un des arrières qu’ils utilisent le plus.

Rotation en défense

Arber Xhekaj et Johnathan Kovacevic étaient de retour au sein de la formation après avoir cédé leur place à Jordan Harris et Chris Wideman, lors de la visite des Sabres de Buffalo la veille, au Centre Bell. Pour l’instant, il semble que ce soit les quatre joueurs engagés dans la rotation des effectifs à la ligne bleue.

Olivier fait le bonheur de Larsen

Depuis le début du mois, le temps de jeu moyen de Mathieu Olivier avoisine souvent les 14 minutes par match. En matinée, Brad Larsen a vanté le travail de son attaquant de 25 ans. « Il s’assure de gagner ma confiance par la façon dont il joue. C’est un joueur simple, mais c’est un meilleur patineur que ce que les gens croient. Il se lance en échec avant, protège la rondelle, bloque des tirs », a dit l’entraîneur.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.