/news/politics
Navigation

Lehouillier isole politiquement l’opposition, déplore le seul élu de Repensons Lévis

Serge Bonin, conseiller municipal de Saint-Étienne et élu de l’opposition sous la bannière Repensons Lévis.
Photo Stevens Leblanc Serge Bonin, conseiller municipal de Saint-Étienne et élu de l’opposition sous la bannière Repensons Lévis.

Coup d'oeil sur cet article

Le seul conseiller d’opposition à Lévis estime que le cabinet du maire Lehouillier l’isole politiquement et organise un blocage systématique pour l’empêcher d’avoir accès à de l’information cruciale.  

• À lire aussi: La Ville de Lévis anticipe un surplus budgétaire de 5,7 M$ en 2022

«C’est sûr que je sens que la commande politique, c’est : «on n’écrit rien, on ne confirme rien, on peut lui parler un peu, mais faites attention à ce que vous dites. C’est ce que je sens de ce qui se passe.»

Serge Bonin, conseiller municipal de Saint-Étienne et élu de l’opposition sous la bannière Repensons Lévis.
Photo Stevens Leblanc

Serge Bonin, seul élu de Repensons Lévis, a convoqué les médias, mercredi, pour dresser un bilan, après un an à siéger au conseil municipal de Lévis. Il s’agit de la première opposition depuis 2008 dans cette Ville. Mais après les promesses de collaboration du départ, M. Bonin se dit «déçu» que celles-ci ne se soient pas concrétisées. 

Il a énuméré une foule de demandes écrites formulées au cabinet politique de Gilles Lehouillier. 

Elles sont toutes restées lettre morte. En prévision de l’exercice budgétaire qui s’en vient, il dit avoir été laissé sur le carreau. Il a dû demander à l’accès à l’information des documents qu’il juge nécessaires à la bonne analyse du budget. Jusqu’à maintenant, il ne les a pas reçus. 

Il n’est pas consulté sur les projets de développement qui concernent son propre district, regrette-t-il. 

«J’apprends en même temps que le citoyen qu’il y a un six logements qui a poussé dans la cour d’une résidence unifamiliale avec la vitre dans sa piscine et je ne peux rien dire là-dessus.» 

Réflexe démocratique absent

«Il y a un réflexe démocratique qui n’est plus là, à Lévis», laisse-t-il tomber. «Le réflexe est tellement là qu’on décide entre nous. On se parle, on est sur le coin de la table, mais dans une ville de 150 000 habitants où maintenant il y a une vie démocratique et où 35 % des gens ont une autre opinion, il faut reconsidérer la chose. Ça manque de reconnaissance envers ce qu’est l’opposition.» 

Il donne l’exemple d’autres villes comme Longueuil, Québec et Sherbrooke où l’opposition et les citoyens sont davantage consultés. «Dans la façon de faire, on peut faire mieux, on peut être plus inclusif, plus collégial.» 

Inquiétudes

Il s’inquiète de certains aspects de la gestion de l’administration Lehouillier. 

«On a des inquiétudes sur la dette, sur le développement qui se fait rapidement.» 

«On me parle, on est gentil avec moi, dans les comités, c’est pas trop contraignant, on est capable d’échanger. Mais quand on arrive dans les sujets les plus pointus, pour aller chercher de l’information, des fois, on me dit quelque chose, je demande une confirmation écrite et je ne la reçois pas. Et après j’apprends que la chose qu’on m’avait dite, ce n’était pas la bonne chose.» 

L’élection partielle dans Christ-Roi lui donne espoir qu’une nouvelle voix de Repensons Lévis s’ajoute au conseil. Cela lui donnerait un secondeur à ses propositions, lui permettrait de forcer des votes. 

«J’appelle tous les gens de Christ-Roi à comprendre que les débats peuvent avoir lieu publiquement ici à Lévis. C’est un pas majeur pour la démocratie d’avoir une deuxième voix qui vient amener un autre point de vue.» 

Lehouillier surpris

Le maire Gilles Lehouillier rejette les critiques de Serge Bonin. «J'ai été surpris parce qu'à mon avis, on soulève un faux problème. Parce que mettons une chose au clair: M. Bonin reçoit exactement la même information que tous les élus. Ni plus ni moins.»

Le maire affirme qu'un comité plénier aura lieu avant le dépôt du budget et du programme d'immobilisation, lors duquel les élus pourront poser toutes les questions qu'ils souhaitent, jusqu'à 23 h, s'il le faut.

Le maire n'explique pas l'absence de réponse aux lettres transmises au cabinet, mais assure qu'un suivi est effectué chaque fois. «J'en reçois pas tant que ça, en passant. Mais ses demandes sont rigoureusement suivies. Je vais vérifier pour voir s'il reçoit l'accusé réception.»

Quant à la partielle dans Christ-Roi, le maire se dit «confiant» de conserver le district. Son parti, Lévis Force 10, étudie actuellement des candidatures qui sont «drôlement intéressantes».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.