/opinion/blogs/columnists
Navigation

Est-ce que la justice est réellement une priorité?

Est-ce que la justice est réellement une priorité?
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Nous étions plusieurs à nous étonner que certains enjeux aient à peine été effleurés durant la dernière campagne électorale provinciale. Plusieurs ont, à juste titre, dénoncé, le fait que l’éducation par exemple ait largement été ignorée.

L’accès à la justice est un sujet qui fait rarement les manchettes. Or, dans une société démocratique où la justice est rendue dans les salles de tribunaux, l’accès au système n’est pas un luxe, mais plutôt un impératif pour assurer la paix sociale notamment. Rappelons que la confiance des justiciables envers leur système de justice constitue un indicateur majeur de la santé démocratique d’une société et que, lorsque cette confiance fond comme neige au soleil, c’est toute notre société qui est perdante.

La communauté juridique lance des signaux d’alarme depuis plusieurs années quant à l’importance de faire de l’accès à la justice une priorité. Nous demeurons collectivement sourds à ces revendications alors qu’il s’agit d’une question centrale dans l’exercice et le respect de nos droits comme citoyens. Cette indifférence collective risque de nous coûter collectivement et individuellement très cher.

Alors comment se fait-il que la justice ait aussi peu d’importance dans le discours politique la reléguant aux priorités secondaires lorsque vient le temps de dresser le budget gouvernemental? Au-delà des postes relevant de la magistrature, l’accès à la justice dépend de la valorisation de plusieurs professions et corps d’emploi indispensables au système. De l’avocat au greffier, en passant par le constable spécial, les agents administratifs, etc.

Un peu comme le système de santé, le système de justice doit être revu et corrigé. Il faut moderniser les infrastructures, attirer les travailleurs en leur offrant des conditions dignes et compétitives, et assurer une célérité dans le traitement des dossiers sans porter préjudice à la qualité de ce traitement. Comme en santé, il est minuit moins une pour notre système de justice; sauf que dans ce cas-ci, il n’y a pas de système privé qui puisse palier un éventuel échec du système public.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.