/opinion/faitesladifference
Navigation

Renforcer la forêt grâce à la génomique

Renforcer la forêt grâce à la génomique
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les forêts couvrent 30% de la surface de la Terre et contiennent 80% de la biodiversité terrestre, mais les changements climatiques viennent chambouler leur état d’équilibre. L’augmentation de la fréquence des épisodes de chaleur extrême, de sécheresse et de gel printanier vient fragiliser nos arbres. Couplé avec l’arrivée d’insectes et de maladies exotiques, qui est facilitée par la mondialisation, nos forêts font face à de grands défis d’adaptation. 

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Heureusement, des chercheurs passionnés se penchent depuis plusieurs décennies sur les mécanismes qui permettent aux arbres de résister à ces stress (et oui, les arbres aussi peuvent être stressés).

L’arrivée de la génomique, qui consiste à caractériser et quantifier tous les gènes d’un organisme, leurs interrelations et leur influence, est venue nous donner un grand coup de main dans l’adaptation des forêts aux changements climatiques.

  • Écoutez l'entrevue avec Pier-Alexandre Grenier à l’émission de Philippe-Vincent Foisy diffusée chaque jour en direct 7h45 via QUB radio: 

Révolution

Avant la génomique, pour trouver les arbres les mieux adaptés, il fallait passer par plusieurs longues étapes d’étude sur des plantations et croisements contrôlés, ce qui permettait de sélectionner les descendants les plus résistants à utiliser dans les programmes de reboisement. Ces projets s’échelaient sur plusieurs décennies, soit une période de temps aussi longue que la carrière des employés forestiers. On peut se le dire, c’était vraiment le projet d’une vie!

Mais aujourd’hui, la génomique nous permet de prendre en compte l’ensemble des gènes d’un organisme pour identifier les marqueurs génétiques responsables des caractéristiques de la qualité du bois, la résilience aux maladies, aux insectes, aux conditions environnementales extrêmes et plus encore. Pour améliorer la résilience des arbres, il faut que les caractéristiques recherchées soient héritables, c’est-à-dire qu’elles sont transmissibles des parents aux enfants. Ensuite, il faut tester les descendants dans des plantations et, à l’aide des liens de parenté et d’analyse statistiques, on peut sélectionner les arbres-plus, qui performent le mieux.

Arbres performants

La sélection peut s’effectuer dès le stade de semis, ce qui réduit le temps consacré aux tests et génère un gain génétique trois fois plus rapidement. En sélectionnant les arbres les plus performants et en les croissants entre eux, ils acquièrent les caractères génétiques qui leur permettront de prospérer malgré les changements climatiques et les pathogènes. Les gestionnaires peuvent ainsi être efficaces dans les projets de reforestation et de conservation.

Grâce à la génomique, on parvient à sélectionner efficacement et rapidement les arbres les plus résilients. Cette technologie est au cœur de la mitigation des changements climatiques, car elle permettra de préserver notre biodiversité et aussi de capter les gaz à effet de serre que nous émettons. Les arbres séquestrent d’importantes quantités de carbone : ils sont la solution de captage du carbone la plus efficiente et bon marché. Croyez-le ou non, ils ont séquestré plus du quart de nos émissions de CO2 jusqu’à maintenant!

Renforcer la forêt grâce à la génomique
Photo courtoisie

Pier-Alexandre Grenier, Finissant au baccalauréat intégré en environnements naturels et aménagés

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.