/misc
Navigation

Loin d’impressionner les Huskies

Le demi défensif Charlie Ringland (3) prévoit « une bonne bataille » demain entre ses Huskies et le Rouge et Or.
Photo Didier Debusschère Le demi défensif Charlie Ringland (3) prévoit « une bonne bataille » demain entre ses Huskies et le Rouge et Or.

Coup d'oeil sur cet article

LONDON | Les Huskies de la Saskatchewan n’ont pas été impressionnés par la promesse de Kevin Mital « de passer la gratte » à la Coupe Vanier et préfèrent plutôt parler par leurs actions sur le terrain.

• À lire aussi: Gonflés à bloc pour finir en beauté

• À lire aussi: Un trône à reconquérir

« On va passer la gratte samedi. 2022 va être une année que l’on va se rappeler toute notre vie », a lancé le receveur de passes du Rouge et Or jamais à court de déclarations percutantes, devant toute la salle du RBC Place de London, jeudi soir. 

Mital venait de recevoir le prestigieux trophée Hec Crighton décerné au joueur par excellence au pays quand il a prononcé ces paroles.

Le demi défensif Charlie Ringland était présent avec quelques coéquipiers quand il a entendu le discours de Mital. 

Le vétéran joueur parle français et a donc compris l’essentiel du message. Mais ne comptez pas sur lui pour entrer dans la danse.

« J’ai compris ce qu’il a dit, mais à la fin de la journée, on verra ce qui arrive. Il peut dire ce qu’il veut », a-t-il réagi.

« Il est un bon joueur et c’est une grande équipe, mais je pense que nous avons de bons joueurs aussi. Ce sera une bonne bataille demain [samedi]. »

Ringland préférait parler du match à venir. Après avoir vécu la douleur de la défaite l’an dernier, il se sent d’attaque pour enfin soulever le gros trophée. 

« L’atmosphère est pas mal similaire. Beaucoup de joueurs sont de retour. Nous savons tous que nous n’avons pas fait le boulot l’an dernier alors on doit arriver encore plus déterminés. » 

« Ici pour jouer au football »

Son entraîneur-chef, Scott Flory, qui a passé 15 ans dans la Ligue canadienne de football et les Alouettes en a vu d’autres au cours de sa carrière. Il n’est pas le premier grand parleur qu’il côtoie.

« On est ici pour jouer au football. C’est tout ce que je sais. Les paroles et toutes ces choses, je ne vais pas embarquer là-dedans. »

Celui qui a gagné deux coupes Vanier avec les Huskies en 1996 et 1998 n’a pas voulu s’étendre sur le sujet. Ce sera sur le terrain que se jouera le match, a-t-il plaidé.

Scott Flory est surtout heureux de la préparation de son équipe... et de la météo. Du temps ensoleillé est prévu à London samedi et le mercure devrait atteindre les 10 degrés.

Les Huskies ont affronté les éléments dans les dernières semaines et un match sous le soleil fera le plus grand bien, concède l’entraîneur originaire de la Saskatchewan.

« Si vous avez vu des images de nos matchs il y a quelques semaines, nous avons eu un blizzard. Et il y a deux semaines, il faisait -15 degrés. On gelait. Alors, cette semaine, c’est comme le printemps », a lancé Flory.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.