/misc
Navigation

Legault devra montrer ce qu'il a dans le ventre

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Au-delà des bonnes intentions, François Legault devra livrer des résultats.

Coup d'oeil sur cet article

François Legault a été discret depuis l’élection, au terme d’une campagne qui n’annonçait aucune véritable nouvelle orientation. Dans son discours d’ouverture mercredi, il devra montrer qu’il a des idées pour la suite, notamment en immigration, alors qu’il faisait du rapatriement de pouvoirs un enjeu pour la survie de la nation.

• À lire aussi: Les bulletins de la semaine à l'Assemblée nationale

Le chef caquiste et ses troupes ont été durs à suivre.

À la fin mai, M. Legault réclamait « un mandat fort pour aller négocier avec le gouvernement fédéral ».

Pendant la campagne électorale, il ajoutait qu’il serait « suicidaire » d’accueillir plus de 50 000 immigrants par année « pour la nation québécoise qui veut protéger le français ».

Pourtant, presque au même moment, il expliquait que s’il ne montait plus aux barricades pour revendiquer des pouvoirs, c’était parce que « c’est délicat de parler d’immigration ».

Et la semaine dernière, la nouvelle ministre Christine Fréchette gazouillait : « L’immigration est une solution au déclin du français ! »

Il y a une certaine alternance dans les postures.

Ce qui serait suicidaire pour la nation québécoise, c’est de baisser les bras.

Le poids du Québec au Canada tombera sous les 20 % en 2043.

Le Journal a révélé que le gouvernement caquiste évaluait maintenant la possibilité de hausser les seuils annuels d’immigration, s’il pouvait augmenter la proportion de francophones.

Il n’y aura par contre pas de hausse des seuils en 2023. Toutes les pierres sont retournées pour trouver des solutions dans le cadre actuel de l’entente fédérale-provinciale de 1991.

Québec croit pouvoir augmenter les exigences de français pour les immigrants économiques et les travailleurs temporaires. Il a entamé des discussions avec le fédéral pour que des ajustements administratifs permettent de sélectionner davantage d’étudiants africains francophones.

Le ton semble moins à la confrontation. Le cabinet Legault mise sur le fait que Justin Trudeau réalise l’importance d’assurer la pérennité du français.

Loi sur les langues

Si le gouvernement fédéral veut montrer sa bonne foi, il pourrait d’abord modifier sa réforme sur les langues officielles, qui ferait en sorte de soustraire les entreprises fédérales au Québec des exigences de la nouvelle loi 101.

Pour cet élément aussi, le gouvernement Legault compte sur des discussions avec Ottawa. Mais il semble impuissant.

Si la loi fédérale est adoptée sans changement, fort probablement d’ici la fin de l’année, la loi 96 de Simon Jolin--Barrette s’en trouvera affaiblie.

Malgré un plan de refondation déjà présenté par Christian Dubé, les problèmes en santé demeurent entiers pour l’instant.

Il n’a toujours pas été possible d’obtenir de fraîches données sur le taux de décrochage au Québec, alors que les étudiants ont été affectés par la pandémie.

Qu’arrivera-t-il des maternelles 4 ans ? François Legault ne les a pas évoquées parmi les priorités discutées avec le ministre Bernard Drainville, dans un message publié sur Twitter.

Changements climatiques

La production d’énergie verte sera un élément important de son allocution de 60 minutes. Le comité qui réunira le ministre de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, et la présidente d’Hydro-Québec, Sophie Brochu,--- se réunira une première fois en décembre.

Même si le chef caquiste signalait aussi une intention « d’avoir les meilleurs autour de la table » concernant la lutte aux changements climatiques, lors de l’assermentation des ministres le 20 octobre, il n’est pas question pour le moment de créer une autre instance à ce sujet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.