/news/society
Navigation

Guinness: le Grand labyrinthe Kamouraska brise tous les records

Il est finalement reconnu comme le plus grand de sa catégorie

labyrinthe kamouraska
Photo Jeremy Bernier Le Grand labyrinthe Kamouraska a une superficie de 266 000 mètres carrés et des sentiers longs de 21 kilomètres.

Coup d'oeil sur cet article

Le Grand labyrinthe Kamouraska, à La Pocatière, a finalement obtenu le record Guinness du plus grand labyrinthe de maïs traditionnel, trois ans après sa première tentative.

« C’est un véritable accomplissement pour nous ! On l’espérait, mais on n’y croyait presque plus. On savait qu’on avait une bonne concurrence ! » lance Luc Pelletier, l’instigateur du projet. 

Son labyrinthe saisonnier taillé dans un champ de maïs de plus de 266 000 mètres carrés et équipé de chemins longs de 21 kilomètres a été reconnu, mardi, par la célèbre organisation qui comptabilise des records depuis 1955.  

Son créateur, Luc Pelletier, content d’enfin détenir un record
Photo courtoisie
Son créateur, Luc Pelletier, content d’enfin détenir un record

Cette année, son plus proche concurrent était celui qui est situé dans les Fermes Stoney Brook, à Foley, au Minnesota. Et avec une superficie presque deux fois plus grande que celui de Kamouraska, il semblait en bonne posture pour remporter les honneurs.

« Mais il ne répondait pas à certains critères très stricts des records Guinness », explique M. Pelletier, faisant référence aux sentiers qui n’étaient pas toujours de mêmes dimensions, parfois trop larges, et qui ne contenaient pas assez de culs-de-sac.

Reconnaissance mondiale 

Après avoir échoué une première fois à faire son entrée dans le célèbre livre en 2019, l’homme a voulu s’assurer de faire les choses de la bonne façon cette année. Pendant plus de deux mois, il a arraché des kilomètres de maïs à la main, avec sa femme et ses filles.

« Je me suis dit que pour avoir un record, il fallait que ça fasse un peu mal. Et ça a été le cas ! » lance-t-il en riant. 

Si Luc Pelletier s’est lancé dans ce projet ambitieux qu’il convoitait depuis 2016, c’est parce qu’il voulait « laisser sa trace dans le monde et léguer quelque chose à ses filles ». Mais aussi pour qu’on reconnaisse sa petite ville, La Pocatière, à l’international.

« Cette semaine, il y a un article qui est paru en France qui parle de notre labyrinthe. De pouvoir rayonner comme ça, ça me fait vraiment chaud au cœur ! » jubile-t-il. 

Toujours plus gros 

Depuis la toute première édition, en 2016, Luc Pelletier estime que plus de 100 000 « perdus » ont visité son œuvre située sur le long de la route 132. S’il n’a pas encore les données exactes, il est convaincu qu’il a reçu plus de visiteurs que jamais cette année.

Un achalandage qui risque encore d’augmenter l’an prochain, croit-il, où il tentera à nouveau de battre le record de superficie qu’il vient de fracasser.

« Un record, c’est fait pour être battu, on est condamné à agrandir ! » affirme le père de famille, qui vise les 283 000 mètres carrés l’an prochain, avec un tout nouveau plan.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.