/opinion/columnists
Navigation

Sorry, I don’t speak french...

Stethoscope and background doctor using laptop at desk in clinic working on computer at room office.
Photo Adobe Stock La situation est inacceptable, point à la ligne !

Coup d'oeil sur cet article

« Le français se porte plutôt bien, au Québec. »

C’est Yves Boisvert qui écrivait cela dans La Presse, le 15 mai dernier.

Ah oui ?

Comment se fait-il alors que des Québécois francophones éprouvent de la difficulté à être soignés dans la langue officielle du Québec... au Québec ?

  • Écoutez l'édito de Richard Martineau diffusé chaque jour en direct 8 h 30 via QUB radio :

« FUCK ALL »

« Un patient francophone de l’Outaouais n’en revient pas d’avoir dû patienter pour qu’un médecin trouve un traducteur, afin d’être servi dans sa langue après une chirurgie. »

« Une jeune maman qui venait tout juste d’accoucher à l’Hôpital du Lakeshore de Montréal a dû se fier à la traduction de son conjoint pour comprendre l’état de santé de son garçon, né avec un seul rein. » 

« Une femme dont la mère a été hospitalisée à l’Institut-hôpital neurologique de Montréal déplore le fait qu’elle a vécu ses derniers jours dans un environnement anglophone. »  

« On a beaucoup de difficulté à avoir des soins en français. »

« J’ai été surprise [de constater] à quel point l’anglais était prioritaire. »

« Je suis venue à l’hôpital avec un enfant et je n’étais pas capable d’être servie en français dans ma propre province. »

« Quand je voulais aller aux toilettes et que j’appelais un préposé, j’étais obligée de le mimer, car ils ne comprenaient fuck all. »

Voici quelques-unes des histoires qu’on a pu lire dans l’excellent dossier de mes collègues Héloïse Archambault et Hugo Duchaine.

Des histoires comme ça, il y en a plein.

C’est même arrivé à ma femme lorsqu’elle s’est fait enlever la vésicule biliaire à l’Hôpital général juif de Montréal.

Mais j’imagine que pour le chroniqueur de La Presse, tout ça, ce ne sont que des « anecdotes ».

Des historiettes sans importance.

Encore une invention du Journal, pour flatter dans le sens du poil les « préjugés anti-anglophones et anti-immigrants » de ses lecteurs.

DES « ANECDOTES » ?

Question quiz que je pose à monsieur Boisvert et à tous ses amis qui trouvent que « le français se porte plutôt bien au Québec » : à partir de combien d’anecdotes peut-on commencer à parler de tendance ?

À partir de combien de « Sorry, I don’t speak french » a-t-on le droit de commencer à s’inquiéter ?

On ne parle pas ici de boutiques confidentielles spécialisées dans les survêtements de jogging et les podomètres. Mais d’hôpitaux !

Un moment donné, il faut se sortir la tête du sable et voir la réalité telle qu’elle est !

Comment peut-on dire que le français se porte bien lorsque des membres de la majorité linguistique du Québec ont de la difficulté à recevoir des soins de santé dans leur propre langue, chez eux ?

« C’est inacceptable que vous ne parliez pas français dans un hôpital au Québec », a lancé ma femme (qui se tordait de douleur) à la chirurgienne unilingue anglophone qui devait l’opérer.

« Tell this to your government, they hired me », a répondu la dame, qui ne pouvait même pas dire « Bonjour » en français.

Dites ça à votre gouvernement, il m’a embauchée. Que pensez-vous de cette réponse, monsieur Dubé ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.