/opinion/columnists
Navigation

Le wokisme est une maladie mentale

Coup d'oeil sur cet article

C’est une histoire qui est passée inaperçue. 

Une petite histoire de rien du tout, parue dans le journal étudiant de l’Université Concordia.

Une histoire qui en dit long sur les délires du mouvement woke.

UNE UNIVERSITÉ ASSOCIÉE À UN VIOLEUR !

Des étudiants en design graphique de l’Université Concordia font pression auprès de l’institution pour que les mots « Concordia University » qui apparaissent sur les affiches et dans les correspondances officielles de l’université soient écrits dans une autre police de caractères que celle utilisée depuis 2006. 

Car vous ne l’avez probablement jamais remarqué, mais la signature graphique de l’Université Concordia utilise la police de caractères « Gill Sans ».

Cette police de caractères a été créée en 1926 par le graphiste anglais de réputation internationale Arthur Eric Rowton Gill.

Or, en 1989, on a appris que Gill (qui est né en 1882 et qui est mort en 1940) a agressé sexuellement ses deux filles.

De dire un étudiant militant pour un changement de la signature graphique de Concordia : « Des gens qui connaissent l’histoire du graphisme pourraient reconnaître la police de caractères utilisée par l’Université Concordia et associer notre université aux crimes commis par Gill. Ce n’est pas une belle association. 

« Comment pouvons-nous dire que nous sommes inclusifs si nous nous associons à ce genre de personnage ? C’est inscrit dans la marque même de Concordia !

« Quand on se promène dans le hall de l’université, on voit, inscrites sur les piliers, les valeurs défendues par l’institution. Gill Sans ne représente pas ces valeurs. 

« La signature actuelle de Concordia ne promeut pas seulement une police de caractères, elle fait la promotion d’un comportement. »

CRÉONS UNE COMMISSION D’ENQUÊTE !

Vous aviez bien lu.

Il faut changer la signature graphique de l’Université Concordia, car elle a été créée il y a près de 100 ans par un violeur !

Et des étudiants pourraient être offusqués, choqués et traumatisés quand ils remarquent la police de caractères Gill Sans lorsqu’ils se promènent dans les corridors de l’université !

Si ce n’est pas de la maladie mentale, je me demande ce que c’est...

Et la peinture qui a été utilisée pour peinturer les murs de l’université ? Elle a été créée par qui ?

C’était peut-être un raciste !

Et que dire des bureaux dans les classes ?

Le bois qui a été utilisé pour fabriquer ces bureaux a peut-être été scié par un ébéniste qui aimait tremper son zizi dans le drink des filles qu’il croisait dans les bars !

Je demande une enquête approfondie !

La création d’une commission spéciale afin de passer au crible le passé sexuel et les opinions politiques de TOUS les ouvriers qui ont participé à la construction des pavillons de l’Université Concordia !

  • Écoutez l'édito de Richard Martineau diffusé chaque jour en direct 8 h 30 via QUB radio :

L’ASILE

Cette quête de la pureté est sans fin.

On se croirait revenu à l’Inquisition, quand on torturait les gens qui avaient des pensées impures.

Et le pire est que je suis sûr que la direction de Concordia va plier.

Les fous ont pris le contrôle de l’asile, les amis.

À la grande joie des médecins qui les applaudissent.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.