/news/currentevents
Navigation

Procès 12 ans plus tard: ces deux policiers auraient feint d’exécuter un itinérant

GEN - PIERRE-LUC FURLOTTE
PHOTO MARTIN ALARIE Patrick Guay et Pierre-Luc Furlotte

Coup d'oeil sur cet article

Deux patrouilleurs de la police de Montréal, qui sont accusés d’avoir déplacé de force un itinérant à l’autre bout de la ville après l’avoir menotté et lui avoir mis un sac sur la tête, auraient ensuite feint de l’exécuter avec leur arme de service, sur le bord de la route.

«J’ai entendu le déclic d’une arme à feu derrière ma tête, ils faisaient des blagues en se demandant c’était au tour de qui de tirer, qu’ils se débarrassaient des itinérants comme ça. J’étais à genoux avec le sac sur la tête, accoté à l’autopatrouille, je ne voyais rien», a témoigné Tobie-Charles Angers-Levasseur, ce lundi, au palais de justice de Montréal.

L’itinérant de 37 ans témoignait au procès de Pierre-Luc Furlotte et Patrick Guay, deux policiers suspendus et accusés de l’avoir séquestré, frappé et menacé.

Selon la preuve de la Couronne, les crimes sont survenus en mars 2010, alors que M. Angers-Levasseur s’était fait interpeller au centre-ville de Montréal.

«Oh, regarde donc, c’est Toby», aurait dit un policier, en reconnaissant le sans-abri.

Traité de «vidange»

Des moqueries auraient suivi, tandis qu’un autre policier aurait tenté d’écrire quelque chose sur le front de la victime.

«Ils me traitaient de vidange. Un d’eux a dit: “Tu t’es pas encore suicidé?” Des policiers parlaient de se débarrasser de moi, a affirmé le témoin. Je suis habitué à entendre ces commentaires de leur part.»

  •  Ne ratez pas La rencontre de l'heure Gibeault-Dutrizac avec Nicole Gibeault, juge à la retraite, tous les jours 11 h15, en direct ou en balado sur QUB radio : 

Malgré la situation, M. Angers-Levasseur a expliqué que sa plus grande crainte était de se faire donner une «ride», c’est-à-dire quand des policiers l’embarquent et le déposent à l’autre bout de la ville, sans rien, avant d’être abandonné à lui-même.

Tobie-Charles Angers-Levasseur
PHOTO MARTIN ALARIE
Tobie-Charles Angers-Levasseur

Ce genre de pratique est interdite et, dans le passé, des policiers ont déjà été sanctionnés en déontologie pour avoir agi ainsi.

Or, c’est exactement ce qui serait arrivé, selon la preuve de la Couronne. Mais juste avant, Furlotte et Guay auraient pris soin de l’asperger de nettoyant à vitre «pour l’odeur» et de lui mettre un sac poubelle sur la tête.

«Je sais pas si c’était le stress, mais j’avais l’impression d’avoir de la misère à respirer», a dit le témoin.

Simulacre d’exécution

Durant le trajet, les policiers Furlotte et Guay auraient fait des manœuvres brusques, et ils auraient continué à encourager l'itinérant à mettre fin à ses jours. Puis, quand le véhicule s’est arrêté, l’itinérant dit avoir été placé à genoux, la tête face à la voiture.

Pierre-Luc Furlotte
PHOTO MARTIN ALARIE
Pierre-Luc Furlotte

«T’aurais dû nous écouter avant de quêter et de venir dans le quartier [du centre-ville]», aurait alors dit l'un des accusés, juste avant que ne se fasse entendre le bruit d’un pistolet en train d’être chambré, dans tout ce qui à l’air d’un simulacre d’exécution.

  • Écoutez la chronique faits divers de Maxime Deland, journaliste à l’Agence QMI au micro de Benoit Dutrizac sur QUB radio : 

Finalement, les deux policiers auraient libéré M. Angers-Levasseur avant de déguerpir. Démuni et ne sachant pas qu’il se trouvait sur la voie de desserte de l’autoroute 40 à Kirkland, dans l’ouest de l’île, l’itinérant a tenté d’obtenir de l’aide de passants, avant de trouver une cabine téléphonique et d’appeler le 911.

Appel au 911 par l’itinérant Tobie-Charles Angers-Levasseur

M. Angers-Levasseur avait alors porté plainte, mais les affaires internes de la police de Montréal avaient choisi de passer l’éponge. C’est lors d’une révision du dossier par une équipe externe, en 2018, que les agents Furlotte et Guay ont été accusés.

Depuis, les agents de 40 et 37 ans sont suspendus.

Le procès, devant la juge Geneviève Graton, est prévu pour une durée de deux semaines. En plus du témoignage de l’itinérant, la Couronne compte déposer en preuve une documentation volumineuse, dont des registres d’appels de policiers ainsi que des analyses de tours cellulaires, afin de prouver que les accusés avaient bel et bien commis les crimes qui leur sont reprochés.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.