/news/society
Navigation

David Saint-Jacques et Damien Lemay: des astéroïdes au nom québécois

Damien Lemay
courtoisie Damien Lemay Damien Lemay vers 2015 et son télescope de 24 pouces installé au sol qu’il utilise pour l’observation traditionnelle.

Coup d'oeil sur cet article

L’astronaute David Saint-Jacques et un astronome chevronné du Bas-du-Fleuve viennent d’obtenir un rarissime honneur en s’ajoutant à la très courte liste de Québécois qui ont un astéroïde portant leur nom. 

Le Comité de sélection de l’Union astronomique internationale a dévoilé le 21 novembre les nouveaux que porteront une soixantaine d’astéroïdes.

Dans la liste 10703 -1981 QU3 devient (10703) Saint-Jacques en l’honneur de l’astronaute québécois, alors que 10284 – 1981 QY2 sera maintenant connu comme (10284) Damienlemay.

Si David Saint-Jacques n’a pas besoin de présentation, Damien Lemay, plutôt inconnu du grand public, est considéré somme une sommité de l’astronomie au Canada.

Damien Lemay vers 2015 et son télescope de 24 pouces installé au sol qu’il utilise pour l’observation traditionnelle.
courtoisie Damien Lemay
Damien Lemay vers 2015 et son télescope de 24 pouces installé au sol qu’il utilise pour l’observation traditionnelle.

«Je ne m’y attendais pas, ça fait chaud au cœur. Je ne suis que le deuxième amateur à recevoir cet honneur au Québec, c’est flatteur. Je suis doublement honoré que cette liste contienne également le nom de l’astrophysicien, médecin, ingénieur et astronaute David Saint-Jacques», a lancé M. Lemay.

Club exclusif

Avec les deux derniers ajouts, il n’y a que sept astéroïdes à porter le nom de Québécois.

«Le Comité reçoit des propositions et les analyses. Je n’étais pas au courant que mon nom avait été proposé, c’est toute une surprise», a fait remarquer M. Lemay.

Sans être exceptionnelle, sa petite planète se démarque quand même du lot.

L’orbite de (10284) Damienlemay à 391 millions de km de la Terre (Earth).
Damien Lemay
L’orbite de (10284) Damienlemay à 391 millions de km de la Terre (Earth).

«Ce n’est pas un très gros astéroïde. Il fait 7 km de diamètre. Il y en a 3000 ou 4000 plus gros, mais sur un million connus, la majorité sont plus petits. Il prend 4,88 ans pour faire le tour du Soleil. Actuellement, il est à 391 millions de km de la Terre», explique-t-il.

Tous deux diplômés de l’Université Laval, MM. Saint-Jacques (médecine) et Lemay (physique) ont aussi en commun que l’astéroïde à leur nom a été découvert par la même personne, le Belge Henri Debehogne, au Chili, respectivement les 23 et 24 août 1981.

Vocation hâtive

M. Lemay avait 8 ou 9 ans lorsque l’astronomie a commencé à l’intéresser.

«Comme Obélix je suis tombé très jeune dans la marmite de potion magique. J’ai constaté un jour que la Lune était un mince croissant. Quelques jours plus tard je l’ai vu plus grosse. Je rentre dans la maison et je pose la question où était allée l’autre partie de la Lune qu’on ne voyait pas. Comme je ne savais pas si la réponse était juste, j’ai cherché par moi-même», rappelle le précoce observateur.

«À 9 ou 10 ans je savais que Vénus apparaissait à l’ouest. J’étais debout sur un banc de neige et de la maison ma famille me disait d’entrer, que j’allais geler. Je voulais voir Vénus et je l’ai vu», dit celui dont la ténacité ne s’est pas affaibli depuis.

Il se souvient aussi de la page de Paul H. Nadeau sur l’astronomie du supplément du défunt journal l’Action catholique. «C’est comme ça que j’ai appris les constellations.»

Bien équipé

Dès 1976 il installe un premier «observatoire permanent», à l’année, est-il bon de préciser.

«Les deux années précédentes, j’en avais un en blocs de glace, un observatoire igloo.»

En 1989 il change d’installation puis en 2010 il quitte Rimouski pour «aller dans bois à Saint-Anaclet-de-Lessard à 15km de Rimouski pour avoir un ciel plus noir. Ça fait une très grosse différence», insiste-t-il.

L’observatoire de Damien Lemay à Saint-Anaclet-de-Lessard à 15km de Rimouski.
Damien Lemay
L’observatoire de Damien Lemay à Saint-Anaclet-de-Lessard à 15km de Rimouski.

Un jour un ami qui venait de prendre sa retraite, Bertrand Isabel, lui demande de voir l’équipement optique de 24 pouces qu’il possède.

«Quelques jours après, il m’arrive avec des plans. Quand les gens savent que tu vas utiliser ce qu’ils vont faire, il y a toujours quelqu’un prêt à t’aider», dit-il au sujet de celui qui lui a bâti le plus gros télescope de sa collection.

Versé dans la technologie

Physicien de formation, Damien Lemay a fait carrière dans le monde des télécommunications chez QuébecTel, une compagnie qui était à l’avant-garde, et qui a éventuellement fusionné avec Telus.

«J’ai commencé avec de la technologie par fil. Ensuite il y a eu le micro-onde, la même technologie que les radiotélescopes , puis la fibre optique. Dans le temps j’avais convaincu QuébecTel d’implanter internet. On l’a fait avant Bell vers 1994-1995. Avec mes amis astronomes, on communiquait par internet. Durant le projet pilote d’un an, j’avais l’internet chez nous. Les enfants capotaient. Leurs amis venaient souvent», se souvient-il.

De 1978 à 1985 il réalise un Atlas photographique comptant 1183 clichés de la voûte céleste avec une caméra Schmid de 14 cm.

«On mettait un négatif à la fois. Avec un ami j’avais fabriqué une cuve à hypersensibilisation. Elle était étanche. On faisait le vide et on la remplissait d’un mélange d’hydrogène, qui faisait la job, et d’hélium, pour pas que ça explose. On chauffait durant 24 heures. Le film devenait super sensible. On développait le plus vite possible dans ma chambre noire», révèle-t-il.

De l’observation pure, M. Lemay a bifurqué avec le temps vers l’observation d’étoiles variables. «Elles changent de couleurs et de luminosité dans le temps. Beaucoup d’astronomes professionnels ont besoin de données pour observer ces étoiles. Depuis que je suis installé ici je me consacre presque uniquement à ça.»

Un schéma d’une l’observation d’étoile variable. Ces données sont ensuite envoyées à des astronomes professionnels.
Damien Lemay
Un schéma d’une l’observation d’étoile variable. Ces données sont ensuite envoyées à des astronomes professionnels.

Depuis une dizaine d’années, il a envoyé les données d’environ 75 000 observations de ces étoiles variables à l’AAVSO (Association américaine des observateurs d'étoiles variables).

«Avant d’aller voir les étoiles par en haut, je voudrais me rendre à 100 000!», soutient M. Lemay.

Investi à fond

Coûteuse la passion pour l’astronomie? L’intéressé ne dit pas non, mais il tempère.

«Si on fait attention, l’équipement dure plusieurs années. Comparativement à la moto ou à la motoneige, je n’ai pas à payer l’entretien et les assurances», relativise-t-il.

Un des deux télescopes que Damien Lemay utilise pour l’observation d’étoiles variables.
Damien Lemay
Un des deux télescopes que Damien Lemay utilise pour l’observation d’étoiles variables.

Selon la météo, dans les bons mois, il peut faire de l’observation durant 60% des nuits.

«S’il fait beau vers 2 ou 3 heures de la nuit c’est rare que je n’en profite pas, froid ou pas froid. Mais aujourd’hui on a la vie plus facile. Je sors dehors, je pars mes télescopes qui sont contrôlés par ordinateurs, je me couche une heure ou deux et je vais voir si tout est correct. Actuellement je peux faire 11 ou 12 heures d’observation pas nuit. Je me lève à 8h-8h30 et je suis frais et dispo pour souffler de la neige s’il le faut!»

Par cette boutade il souligne que l’autre chose qui l’occupe présentement c’est le déneigement.

«Avec la pénurie de main d’oeuvre, nous n’avons plus de déneigeur. Je suis à 200 m de la route. L’an dernier je me suis acheté un tracteur et une souffleuse. J’entretiens ma cour et celle de mes voisins.»

Sa passion très prenante laisse supposer une conjointe très compréhensive. 

«L’avantage ici (à Saint-Anaclet) c’est que le télescope est proche. Je peux me promener entre les deux», lance-t-il dans un éclat de rire toujours vif avec ses 79 printemps!

Un pro

Damien Lemay se qualifie d’astronome amateur dans ce sens qu’il n’a pas d’études académiques en astronomie et qu’il n’a pas gagné sa vie dans ce domaine. Lui et l’abbé Alphonse Tardif, de Lévis, décédé en avril dernier, sont les deux seuls astronomes québécois «amateurs» à avoir un astéroïde à leur nom.

«Il a enseigné au Cégep, il a fabriqué des instruments, a fait de l’électronique, toute sorte de trucs et a un observatoire à son nom», dit-il au sujet du disparu.

Le télescope de 24 pouces de Damien Lessard pour l’observation traditionnelle lors d’une nuit bien étoilée à Saint-Anaclet-de-Lessard.
Damien Lemay
Le télescope de 24 pouces de Damien Lessard pour l’observation traditionnelle lors d’une nuit bien étoilée à Saint-Anaclet-de-Lessard.

De son côté, M. Lemay a été président de la Société Royale d’Astronomie du Canada de 1990 à 1992, de la Fédération des Astronomes amateurs du Québec de 2007 à 2011 et du Comité consultatif sur les Météorites et les Impacts de l’Agence Spatiale canadienne.

Il a notamment reçu la médaille Chant de la Société royale d’astronomie du Canada en 1987.

Il est toujours un conférencier recherché et il se rend très souvent dans les écoles et les camps de vacances.

Prochain objectif

Damien Lemay espère maintenant avoir un ciel clair pour, vers 2h ce matin, photographier l’astéroïde qui porte maintenant son nom pour l’éternité.

«Ça va être difficile parce qu’il est un million de fois moins lumineuse que ce qu’on voit à l’œil nu. Mais j’espère que ça va être cette nuit. Je suis confiant que je vais réussir.»

Affaire à suivre!

7 astéroïdes portent le nom de Québécois

Personnalités (Nom de l’astéroïde) - Année

  • René Racine (45580) Renéracine* - 2000
  • Alphonse Tardif (111933) Alphonsetardif - 2002 
  • Christian Marois, René Doyon et David Lafrenière (74503) Madola* - 2009
  • Allan Rahill (171153) AllanRahill** - 2009
  • Gilles Fontaine (400811) Gillesfontaine - 2019
  • Damien Lemay (10284) Damienlemay - 2022
  • David Saint-Jacques (10703) Saint-Jacques - 2022

*Découvert par le Québécois Denis Bergeron à Val-des-bois (Outaouais) respectivement en 2000 et en 1999

**Le Journal a pris connaissance d’un troisième astronome amateur québécois ayant un astéroïde à son nom.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.