/sports/hockey/canadiens
Navigation

« Monny aurait pu être notre capitaine »

L’entraîneur des Flames, Darryl Sutter, ne tarit pas d’éloges à propos de Sean Monahan

« Monny aurait pu être notre capitaine »
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

CALGARY | Lorsque le Canadien a acquis Sean Monahan des Flames au mois d’août, on s’est immédiatement dit que l’Ontarien ne serait que de passage à Montréal. 

• À lire aussi: St-Louis prône la patience avec l’avantage numérique

• À lire aussi: LNH: un surprenant gardien au ballottage

On trouvait que Kent Hughes avait fait un bon coup en mettant également la main, pour rien en plus, sur un choix de premier tour (en 2025). On voyait le directeur général du Canadien maximiser encore plus cette transaction en faisant passer Monahan à une formation prête à céder un espoir ou un autre choix à l’encan, à l’approche de la prochaine date limite des transactions.

Toutefois, avec les services qu’il offre au Tricolore depuis le début de la campagne, on peut se demander si l’attaquant de 28 ans, dont le contrat arrivera à échéance à la fin de la saison, ne pourrait pas être un élément important de la reconstruction du Canadien.

En tout cas, si Darryl Sutter était l’entraîneur-chef du Canadien, c’est manifestement le souhait qu’il émettrait.

« Quand tu te trouves dans cette situation, tu souhaites compter sur des vétérans qui sont de bonnes personnes, de bons coéquipiers et de bons compétiteurs. Sean coche toutes ces cases », a déclaré Sutter, mercredi, à la veille du retour de Monahan à Calgary, là où il a disputé 656 matchs répartis en neuf saisons.

« “Monny” aurait pu être notre capitaine », a-t-il même ajouté.

Enfin en santé

À la barre des Flames depuis la saison 2020-2021, Sutter n’a jamais eu l’occasion de compter sur un Monahan en pleine santé. Ça en dit long sur le respect qu’il lui voue.

« Je ne l’ai jamais vu à son meilleur parce que c’est le moment où il a subi une opération à chacune de ses hanches. Deux saisons durant lesquelles il a vécu avec des ennuis majeurs de santé », a rappelé Sutter.

« Malgré ses blessures, il ne s’est jamais plaint. Il s’est toujours présenté à l’aréna avec un esprit compétitif et prêt à travailler », a expliqué le défenseur Noah Hanifin, rencontré dans le vestiaire des Flames.

Sean Monahan retrouvera les partisans des Flames de Calgary jeudi soir.
Photo d’archives, Martin Chevalier
Sean Monahan retrouvera les partisans des Flames de Calgary jeudi soir.

Parmi les meneurs

C’est la semaine des retours à Calgary. Celui de Monahan suivra celui de Matthew Tkachuk, survenu mardi. Celui-ci a eu droit à des salves de huées chaque fois qu’il touchait à la rondelle. 

On s’attend à ce que l’accueil soit différent pour Monahan, que les Flames ont sacrifié pour créer suffisamment d’espace sous le plafond salarial afin de faire l’acquisition de Nazem Kadri.

« J’ai pratiquement passé la moitié de ma vie à Calgary. Ce sera étrange, mais j’ai hâte d’y retourner », a lancé Monahan, mardi soir, après la défaite aux mains des Sharks de San Jose.

En dépit des blessures, Monahan, choix de premier tour des Flames (sixième au total) en 2013, occupe le neuvième rang de l’histoire de cette concession pour les matchs réguliers (656), le huitième pour les buts (212) et le troisième dans la colonne des filets gagnants (47).

« J’ai connu une carrière décente avec les Flames. Mais le plus important, c’est les relations que j’ai bâties avec les citoyens de Calgary, les gens de l’organisation et quelques coéquipiers. »

Engagé dans la communauté

La générosité de Monahan, c’est d’ailleurs l’aspect que Dillon Dube retient le plus des quatre campagnes qu’il a passées en sa compagnie.

« J’ai tellement appris de lui en voyant l’effort qu’il mettait au travail en dehors de la patinoire. Il était également grandement engagé dans la communauté. Pour les gars de mon âge, qui sont un peu plus jeune que lui, c’était un excellent modèle à suivre », a mentionné l’attaquant de 29 ans.

Parmi ses réalisations, Monahan s’est grandement impliqué auprès de la Fondation des Flames et à titre d’ambassadeur pour l’organisme des Grands Frères et des Grandes Sœurs ainsi qu’auprès du Manoir Ronald McDonald.

– Avec Jean-François Chaumont

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.