/sports/hockey/canadiens
Navigation

St-Louis prône la patience avec l’avantage numérique

«Les meilleures unités jouent ensemble depuis longtemps» – Martin St-Louis

Coup d'oeil sur cet article

Avec Cole Caufield et Nick Suzuki, le Canadien compte sur deux pièces maîtresses pour construire un très bon avantage numérique. Blanchi en six occasions face aux Sharks de San Jose, le CH n’a toujours pas trouvé la recette magique pour dynamiser cette importante facette du jeu.  

• À lire aussi: Kristopher Letang a subi un deuxième AVC

• À lire aussi: Nouvel amphithéâtre: les Coyotes franchissent une autre étape

Avant de s’envoler pour Calgary en Alberta, le Tricolore se retrouvait au 31e rang de la LNH à 14,9 %. Seuls les Flyers de Philadelphie de John Tortorella ont un pire rendement à 13,9 %. 

Martin St-Louis a convié mercredi ses joueurs pour une réunion au sujet de l’attaque massive avant d’ouvrir les portes du vestiaire aux journalistes.

« Il y avait plusieurs choses à décortiquer, a dit Caufield. Nous devons faire de bonnes lectures, trouver des ouvertures sur la glace et prendre ce que l’autre équipe nous donne. Nous regardons aussi les tendances des autres clubs en désavantage numérique, mais on sait qu’ils se concentreront sur nous. »

Caufield ciblé

Il n’y a pas de doute que Caufield fait partie des plans des entraîneurs adverses. On ne veut pas le voir décocher son puissant tir frappé sur réception. 

« C’est difficile de trouver des façons de se libérer chaque fois, a mentionné le numéro 22. Il y a parfois des jeux que nous devons mieux exécuter. Nous avons aussi besoin de meilleures lectures pour me permettre de me libérer. Mais s’ils me surveillent bien, il y a un autre joueur qui sera libre. »

Martin St-Louis ne semble pas trop s’inquiéter de l’inefficacité de son attaque massive.
Photo Martin Chevalier
Martin St-Louis ne semble pas trop s’inquiéter de l’inefficacité de son attaque massive.

Petits changements

À cinq contre cinq, tout comme au sein de la première vague du jeu de puissance, Kirby Dach a comme objectif de bien compléter le duo de Suzuki et de Caufield. 

Aux dires de Dach, le Tricolore a les outils nécessaires pour rebondir avec l’avantage d’un homme. 

« Je ne crois pas que nous avons besoin de changements drastiques, a souligné l’ancien des Blackhawks de Chicago. Nous avons les bons joueurs au sein de l’équipe et nos entraîneurs concoctent de bons plans. Même quand nous ne marquons pas, nous passons souvent les deux minutes à contrôler la rondelle et à créer des chances. Mais la rondelle ne rentre pas dans le filet. Nous corrigerons de petits éléments et nous verrons des améliorations. »

Penser au futur

St-Louis a toujours sa propre façon d’analyser son sport. Il a encore offert une explication bien à lui des défis à venir pour réanimer l’avantage numérique. 

« Il faut être sur la même longueur d’onde. On a besoin de comprendre nos concepts et de penser dans le futur avec les concepts, pas juste dans le présent. Je trouvais que face aux Sharks [de San Jose] on restait trop dans le présent. On ne brisait pas le désavantage. Il y a des discussions. Nous avons un jeune groupe pour notre avantage numérique. On doit continuer à discuter et collaborer pour trouver des façons de nous améliorer. »

Stabilité

La stabilité et l’expérience représentent aussi deux facteurs clés pour marquer à cinq contre quatre. 

« Nous avons connu du succès lors des premières semaines, mais nous avons perdu des joueurs, a noté l’entraîneur-chef. [Jonathan] Drouin s’est blessé, tout comme [Mike] Hoffman. Maintenant, nous utilisons Mike Matheson à la pointe. Quand tu mises sur de nouvelles pièces, c’est comme si tu recommençais à zéro. Les cinq pièces sont tellement importantes. Ça prend du temps pour geler. Les meilleures équipes de la LNH comptent sur les mêmes éléments depuis longtemps. »

« Dach est dans le milieu de l’enclave, il n’a jamais joué ce rôle, a poursuivi St-Louis. Cole est dans la LNH depuis un peu plus d’un an seulement. [Sean] Monahan ne jouait pas devant le filet avant cette saison et Matheson n’a probablement jamais agi comme le quart-arrière en avantage numérique au sein de la première vague. 

« Je ne cherche pas des excuses, mais ce sont des faits. Oui, nous voulons obtenir de bons résultats. Mais nous désirons construire des choses pour connaître du succès à long terme. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.