/opinion/columnists
Navigation

Double exploit pour le PQ

Coup d'oeil sur cet article

Même s’ils ne sont que trois et se retrouvent presque sans moyens, les élus du PQ sont les seuls à avoir accompli un double exploit en cette rentrée parlementaire à l’Assemblée nationale.

Les péquistes et leur chef, Paul St-Pierre Plamondon, auront réussi à débarrasser le Québec de cette obligation archaïque que représente le serment au roi. Ils se sont tenus debout, accomplissant ce que trop d’élus avant eux auraient dû faire depuis longtemps. 

En entrevue avec Benoît Dutrizac à QUB radio, jeudi, l’ex-ministre péquiste et chroniqueur Joseph Facal a admis que les élus souverainistes auraient dû mener ce combat bien avant, au lieu de se parjurer et de faire un serment absurde.  

Écoutez l'édito de Karine Gagnon à l'émission de Richard Martineau via QUB radio :

On se concentrait à l’époque sur la souveraineté, mais l’un n’empêchait certainement pas l’autre.  

M. Facal a salué, à juste titre, la leçon d’histoire et de politique que venaient d’offrir les élus péquistes à beaucoup de Québécois.  

Les péquistes ont certainement agi de la sorte pour obtenir une visibilité, mais on a avant tout senti qu’ils agissaient par conviction. Ça fait du bien. 

En terrain péquiste 

Puis, les élus péquistes ont suscité beaucoup de sympathie cet automne, avec ce coup d’éclat, mais aussi avec la performance du chef durant la campagne électorale. Tant et si bien qu’ils incitent la CAQ à occuper leur terrain de prédilection, celui où la défense du français s’avère une réelle préoccupation.  

Le premier ministre François Legault a effectivement confondu tous les analystes en faisant de la défense du français sa priorité, dans son discours inaugural, mercredi. Il s’est trouvé ainsi à reconnaître que sa loi 96 n’en faisait pas suffisamment pour freiner et empêcher le déclin du français. 

Maintenant, après avoir dit ça, la CAQ est condamnée à agir, a souligné Jean-François Lisée cette semaine, toujours à QUB radio. Et c’est justement là que ça risque de faire mal pour M. Legault et ses troupes des plus éclectiques.

  • Écoutez l'édito de Karine Gagnon à l'émission de Benoit Dutrizac via QUB radio :

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.