/news/society
Navigation

Vol de toast au CHSLD: la direction s’excuse et annule la sanction

Les gestionnaires responsables de la suspension d’une infirmière seront rencontrés

Vol de toast au CHSLD: la direction s’excuse et annule la sanction
Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Le CHSLD qui avait suspendu une infirmière trois jours sans salaire pour avoir volé une toast au beurre d’arachides annule cette sanction «trop sévère», et les gestionnaires qui ont pris cette décision seront rencontrés. 

 • À lire aussi: Une infirmière suspendue pour avoir mangé une toast au beurre d’arachide

Vendredi, Le Journal rapportait qu’une infirmière était suspendue trois jours sans salaire pour avoir mangé une toast au Centre d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) Chevaliers-De Lévis, à Longueuil, le 2 octobre dernier. 

Brigitte Petrie, la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) qui représente les infirmières de la Montérégie-Est, est allée porter du pain au PDG du CISSS pour dénoncer la sanction donnée à l’infirmière.
Photo Chantal Poirier
Brigitte Petrie, la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ) qui représente les infirmières de la Montérégie-Est, est allée porter du pain au PDG du CISSS pour dénoncer la sanction donnée à l’infirmière.

En pleine pénurie de main-d’œuvre, cette nouvelle avait vivement fait réagir partout au Québec. 

«La mesure était trop sévère pour le geste commis. Nous avons rencontré l’employée et nous sommes excusés auprès d’elle. Cette situation ne remet pas en doute ses compétences professionnelles», écrit la direction du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Montérégie-Est dans un communiqué lundi.

  • Écoutez la carte blanche de Stéphan Bureau chaque jour en direct 8 h 05 via QUB radio :

Dans les derniers jours, le cabinet de la ministre Sonia Bélanger, déléguée à la Santé et aux Aînés, a discuté de cette suspension avec le président-directeur général du CISSS. Elle a réagi lundi en disant que «les gestionnaires impliqués dans le traitement du dossier seront rencontrés».

Désirant garder l’anonymat par peur de représailles, la jeune infirmière qui n’a que deux ans d’ancienneté devait être suspendue aujourd’hui, ainsi que les 9 et 11 décembre prochains. 

Dans la lettre de suspension, on peut lire que ce vol de nourriture destinée aux résidents constitue «un manquement grave à vos obligations de loyauté et d’honnêteté», écrivait-on, le 1er décembre dernier.

«C’était la seule chose logique à faire, a réagi la présidente du syndicat local, Brigitte Petrie. Espérons que tous les gestionnaires auront pris des notes et que plus jamais, un tel incident ne se reproduira.»

Le mécanisme revu

Rencontrée par la direction le 3 novembre dernier, l’infirmière avait admis avoir mangé la toast puisqu’elle avait «mal à l’estomac» et n’avait pas eu le temps de déjeuner avant de venir travailler. Elle aurait aussi mentionné «ne pas savoir» que c’était interdit.  

Par ailleurs, le CISSS ajoute que «le mécanisme de traitement des mesures disciplinaires sera analysé et révisé afin qu’une telle situation ne se reproduise plus», écrit-on. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.