/news/coronavirus
Navigation

«Le mois de décembre sera difficile», avertit le Dr Boileau

La grippe remplace le virus respiratoire

Coup d'oeil sur cet article

Les taux d’infection à la grippe et à la COVID-19 sont en progression et ne devraient pas atteindre un sommet avant au moins quelques semaines, si bien que le mois de décembre sera difficile dans les hôpitaux, a averti le Dr Luc Boileau lundi.

• À lire aussi: COVID-19: quatre décès de plus au Québec

• À lire aussi: COVID-19: les clients boudent le masque dans les magasins de Québec

«On sait que le mois de décembre sera difficile pour l’influenza. [...] II faut s’attendre à un plus grand nombre de cas et d’hospitalisations», a annoncé le directeur national de santé publique, en faisant le point sur la crise des virus respiratoires qui fait déborder les hôpitaux, particulièrement les hôpitaux pédiatriques.

La saison de la grippe a débuté anormalement tôt et le virus, porté par la souche H3N2, progresse à toute vitesse.

«On n’est pas en mesure de savoir le niveau de transmission qu’on va atteindre dans les prochaines semaines. [...] On n’est pas capable de dire où est-ce qu’on s’en va. [...] On s’attend à ce que le pic soit atteint dans le mois de décembre», a affirmé le Dr Boileau.

En parallèle, la COVID-19 est elle aussi en progression grâce à de nouveaux variants.

  •  Écoutez l'entrevue avec le Dr Olivier Drouin à l’émission de Philippe-Vincent Foisy diffusée chaque jour en direct via QUB radio: 

«La situation de la COVID nous préoccupe à nouveau, a reconnu le directeur. On est en mesure de voir qu’on est sur une montée qui devrait durer encore quelques semaines.»

Seul point positif, le nombre d’infections au virus respiratoire syncytial (VRS), particulièrement virulent chez les enfants, a finalement commencé à reculer dans la province.

«La circulation de ce virus-là aurait vraisemblablement atteint son pic récemment et on est clairement en diminution. Ça ne paraît pas encore dans les centres pédiatriques, mais à peu près tous reconnaissent qu’il y a beaucoup moins de cas», a exposé le Dr Boileau.

Selon les données québécoises, environ 40% des hospitalisations pédiatriques sont liées à des virus respiratoires.

«Si ça baisse, on est confiant que la situation pourrait s’améliorer. On n’envisage pas de point de rupture de service, mais la situation reste très difficile», a-t-il mentionné.

Vaccins et masques

Malgré les taux d’infection préoccupants chez les enfants, la Santé publique ne compte pas revoir sa position sur le port du masque en classe, qui demeure facultatif.

«On ne recommande pas aux enfants et adolescents de porter le masque en tout temps en classe et ailleurs dans l’école. On n’est plus là», a clamé le Dr Boileau, qui croit que ça ne servirait à rien de l’obliger.

«Ça ne donnerait pas grand-chose. Ça ne serait pas tout à fait respecté, les enfants continueraient à ne pas le porter et ils l’enlèveraient lorsqu’ils mangent», a-t-il ajouté.

Cependant, le port du masque est fortement recommandé pour les élèves et membres du personnel qui ont des symptômes grippaux et qui ne peuvent rester à la maison.

Plus largement, le port du masque demeure facultatif, mais chaudement recommandé, particulièrement dans les milieux clos.

«Ce n’est pas juste une question de COVID, mais aussi de grippe. C’est une question de civisme, pour vous permettre d’éviter de l’attraper, mais aussi de la donner aux autres», a rappelé le directeur de santé publique.

Le Dr Boileau a également réitéré son appel à la vaccination, non seulement contre la COVID-19, mais aussi contre la grippe. Rappelons que le vaccin contre l’influenza est désormais gratuit pour tous les Québécois, et non plus seulement pour les groupes plus vulnérables.

«Il est encore temps de se faire vacciner. [...] C’est simple, c’est gratuit, il n’y a pas de risque. On devrait en profiter», a-t-il insisté, en soulignant que le taux d’efficacité du vaccin est estimé à 50%.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.