/sports/hockey/canadiens
Navigation

Polytechnique: Carey Price savait, finalement

Coup d'oeil sur cet article

Le gardien Carey Price a déclaré sur Instagram mardi que contrairement à l'information diffusée par le Canadien de Montréal la veille, il était déjà au fait de la tuerie de Polytechnique du 6 décembre 1989.

• À lire aussi: Commentaire de Carey Price sur le projet de loi C-21 : «C’était sans malice», selon Martin St-Louis

• À lire aussi: Une survivante de Polytechnique assommée par l’ignorance de Carey Price

• À lire aussi: Une gaffe de Price qui embarrasse tout de même Trudeau

En avant-midi, le numéro 31 a une nouvelle fois pris la parole sur les réseaux sociaux, au lendemain d’une journée mouvementée au cours de laquelle son équipe a dû tenter, avec plus ou moins de succès, de gérer le dossier épineux de Price et de ses opinions sur la possession d’armes de chasse. Or, l’athlète-vedette a en quelque sorte contredit l’organisation montréalaise.

«Mon cœur et mes prières vont vers les familles et les victimes de la fusillade de Polytechnique aujourd’hui, a-t-il écrit. Malgré une déclaration publiée précédemment, j’étais au courant de la tragédie. Je fais partie de la communauté montréalaise depuis 15 ans et je comprends le poids que cette journée représente dans la communauté.»

Samedi, Price s’est prononcé contre un amendement au projet de loi C-21 du gouvernement fédéral qui imposerait davantage de contraintes aux propriétaires d’armes à feu. À ce propos, cependant, il n’a pas changé d’avis, au contraire.

«N’ayant pas le contrôle sur le moment du dépôt de cet amendement, les opinions que j’ai partagées restent identiques. Je comprends toutefois que les conversations relatives aux armes ont fâché cette semaine plusieurs personnes ayant été touchées par les événements de 1989 et je tiens à m’en excuser», a rédigé le gardien.

Embarrassant

La gestion du cas par le Bleu-Blanc-Rouge risque de susciter davantage d’interrogations. Lundi, la veille du 33e anniversaire de la tragédie de Polytechnique, la vice-présidente, communications hockey, du Canadien, Chantal Machabée, a affirmé à la chaîne TVA Sports que Price disait ignorer le drame ainsi que les initiatives de promotion menées par la Coalition canadienne pour les droits des armes à feu. L’organisation pro-armes a fait parler d’elle récemment après avoir créé le code promotionnel «POLY» afin de promouvoir l’achat de marchandises sur son site web. 

Au sujet de l’initiative controversée de cette coalition, le numéro 31 a mentionné lundi ne pas l’approuver.

Toute cette confusion ne semble pas avoir impressionné le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, qui a appris en plein point de presse la volte-face du célèbre porte-couleurs du Canadien. Aussi, il est l’un des premiers à exiger des réponses et vise particulièrement la coalition favorable aux armes à feu.

Capture d'écran tirée du compte Instagram @cp0031 (Carey Price)

«Il a été approché par des groupes qui ont omis certaines informations. Je ne digère toujours pas ce code promotionnel. C’est honteux, intolérable, a-t-il notamment affirmé. A-t-il été informé de tout le contexte ou lui a-t-on livré quelques bribes d’informations seulement? Je n’en ai pas tant contre Carey Price que les groupes ne donnant pas toute l’histoire.»

  • Écoutez l'entrevue avec la survivante du massacre de Polytechnique, Nathalie Provost à l’émission de Benoit Dutrizac via QUB radio : 

«Le temps qu’on passe à critiquer Carey Price, dont le travail dans la vie est d’arrêter des rondelles de hockey, on ne le passera pas à dénoncer des groupes ayant probablement manipulé un joueur en ne lui livrant pas toute l’information. J’en ai contre des groupes qui utilisent des codes POLY, a-t-il ajouté. La question qu’il faut poser, c’est qui l’a mal informé. [...] Ce que je veux savoir, c’est qui a approché Carey Price en préparation de cette sortie?»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.