/finance/real-estate
Navigation

Prêts hypothécaires: des milliers de personnes au bord du gouffre

Le nombre des emprunteurs qui ont de la difficulté à payer les intérêts sur leur dette hypothécaire a explosé

immobilier maison logement toit construction vente achat interet credit hypotheque hypothecaire credit banque cout pret investissement euros taux dette
Photo adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

Le tiers de tous les prêts immobiliers dans le portefeuille des grandes banques ont maintenant des périodes d’amortissement de plus de 30 ans, alors que ce chiffre était de zéro il y a un peu plus d’un an.

• À lire aussi: Scandale de la SIQ: Québec veut casser la vente de deux immeubles pour 220 M$

• À lire aussi: Immobilier: la maison de Charles Daudelin bientôt inscrite au patrimoine

Plusieurs emprunteurs seront bientôt forcés de payer beaucoup plus par mois, en raison des hausses répétées des taux d’intérêt de la Banque du Canada. 

immobilier maison logement toit construction vente achat interet credit hypotheque hypothecaire credit banque cout pret investissement euros taux dette
Photo tirée du site web de la Banque du Canada et tirée du site web de Les Architectes Immobiliers

La part des prêts hypothécaires avec des périodes d’amortissement «très longues», soit de plus de 30 ans, a rapidement augmenté pour atteindre le tiers de tous les prêts immobiliers dans le portefeuille des grandes banques canadiennes, et ce nombre va continuer d’augmenter. 

Du jamais vu

Pourtant, il y a un peu plus d’un an, la Banque de Montréal, la CIBC et la RBC n’avaient toujours aucun prêt hypothécaire avec des périodes d’amortissement supérieures à 30 ans, rapportait récemment le Globe and Mail.

«Juste chez RBC, il y a 80 000 personnes qui ont des hypothèques à taux variables, avec versements fixes et qui sont prêts du taux déclencheur. C’est surtout elles qui sont dans le trouble en ce moment», dit Stéphane Bruyère, courtier hypothécaire chez les Architectes hypothécaires. 

Pour les détenteurs de prêts hypothécaires à taux variable avec des versements mensuels fixes, chaque hausse du taux de la Banque du Canada augmente le montant des intérêts dus. Afin de garder les paiements mensuels stables, leurs périodes d’amortissement, soit le temps nécessaire pour rembourser les prêts, sont automatiquement prolongées.

  • Via QUB radio, l’économiste Yves Daoust revient sur les taux d'intérêts, l'essence et la caisse de dépôt (tous les jours à 9h35) :

Taux déclencheur pour plusieurs

Mais une autre catégorie d’emprunteurs est encore plus à risque : ceux qui atteignent le fameux «taux déclencheur». Cette situation se produit lorsque le paiement mensuel d’un emprunteur couvre non seulement uniquement les intérêts (et aucun capital), mais ne suffit même plus à payer les intérêts!

Quand cette situation se produit, certains emprunteurs se voient forcés d’augmenter leur paiement mensuel. Dans une récente publication, la Banque du Canada affirme qu’environ la moitié des prêts hypothécaires à taux variable et à versements fixes ont atteint leur «taux déclencheur» en date d’octobre 2022. 

Et comme les marchés s’attendent à ce que les taux hypothécaires variables augmentent d’un autre «50 points de base» d’ici la mi-2023, c’est encore 15 % de prêts hypothécaires à taux variable et à versements fixes qui pourraient atteindre leur taux déclencheur, portant le total à 65 % (soit près de 17 % de tous les prêts hypothécaires). 

Les taux fixes inquiètent aussi 

Les emprunteurs à taux fixes ne sont pas pour autant sortis du bois. Lorsqu’ils devront renouveler leur prêt, les nouveaux taux suggérés pourraient représenter des paiements beaucoup plus élevés. 

«Ceux qui ont une hypothèque à taux fixe se disent peut-être qu’ils n’ont pas de problème. Mais ils en auront peut-être un. Quand ils vont renouveler leur hypothèque, il va se passer quoi? Si le versement doit augmenter de 50 % ou 60 %, alors que la plupart des gens sont habitués à payer beaucoup moins, certains vont rester surpris», prévient Stéphane Bruyère. 

Fini les transferts à la BN

Par ailleurs, la Banque Nationale a décidé de ne plus permettre à ses clients de transférer leurs hypothèques existantes sur une nouvelle propriété, selon le Globe and Mail

Les clients qui espèrent déménager dans une nouvelle maison ne pourront pas conserver leur bas taux d’intérêt et devront renégocier. 

Beaucoup moins de nouvelles hypothèques qu’il y a un an

Volume mensuel d’hypothèques, variations sur une année *

  • Ensemble du Québec : -44 %
  • Montréal : -60 %
  • Laval : -41 %
  • Région de la Capitale-Nationale : -26 %

*Variation de novembre 2021 à novembre 2022

Source : iTerram

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.