/news/politics
Navigation

Pas de conservateurs à l'Assemblée nationale, tranche Nathalie Roy

Caroline Proulx et Nathalie Roy
Pierre-Paul Poulin / Le Journal

Coup d'oeil sur cet article

Les conservateurs n’auront pas accès à l’Assemblée nationale comme ils n’ont aucun élu qui y siège, a tranché Nathalie Roy. Éric Duhaime dénonce une «décision partisane» et considère que c’est «jour triste pour la démocratie».

• À lire aussi: Sursis rejeté pour les étudiants faibles en français: Drainville a besoin de tous les futurs profs

• À lire aussi: Monsieur Girard, les Québécois paient beaucoup, mais pour quels services au juste ?

La présidente de l’Assemblée nationale a fait savoir à Éric Duhaime qu’elle ne pouvait pas donner suite à ses demandes, dans une lettre datant de mardi. 

Le chef conservateur réclamait notamment l’accès au parlement pour y faire des points de presse et un bureau sur place.  

«Il est important de spécifier que l’Assemblée nationale offre des services aux parlementaires pour les appuyer dans leurs fonctions», écrit Nathalie Roy. 

«Sans minimiser le fait qu’un grand nombre d’électeurs ait appuyé votre parti lors des dernières élections générales, je me vois dans l’impossibilité de répondre favorablement à vos demandes puisque vous n’êtes pas un élu de l’Assemblée nationale et qu’aucun parlementaire n’y représente votre parti», poursuit-elle.  

Mme Roy rappelle également que M. Duhaime avait accès à certaines ressources du parlement dans la législature précédente parce que Claire Samson, alors députée d’Iberville, représentait les conservateurs à l’Assemblée nationale.  

Le chef conservateur demandait également de pouvoir assister aux huis clos concernant le budget. Comme l’Assemblée nationale n’est pas impliquée dans les décisions à ce sujet, Mme Roy a invité M. Duhaime à s’adresser au ministre des Finances sur cet aspect. 

Une décision injustifiée, plaide Duhaime

La décision de Mme Roy n’a pas été bien reçue par l’ancien animateur de radio, qui l’accuse de manquer à son devoir de présidente de l’Assemblée nationale et de se faire «le porte-voix de François Legault» plutôt que d’agir en «gardienne de la démocratie». 

Caroline Proulx et Nathalie Roy
Gabriel Côté, Agence QMI

«C’est un jour triste, c’est un jour gris, c’est un jour pluvieux, pas juste physiquement, mais pour la démocratie au Québec», a-t-il déclaré mercredi alors qu’il s’adressait aux journalistes dans la froideur d’un soir humide devant l’Assemblée nationale.  

Le chef conservateur assure qu’il va «continuer de se battre» pour sa cause, mais il veut d’abord encaisser le coup que représente le verdict de Nathalie Roy.  

 «Aujourd’hui on absorbe la décision. On va se réunir, on va analyser tout ça», a-t-il dit, en précisant qu’il continue d’essayer de récolter des appuis et qu’il «tend la main» aux autres partis.  

M. Duhaime souligne par ailleurs qu’il continuera de faire du maraudage pour essayer de défroquer des députés des autres formations politiques, et de faire ainsi son entrée à l’Assemblée nationale. 

«Ça n’arrivera pas dans les prochains jours (...), a-t-il reconnu. J’ai confiance que dans les prochains mois on va réussir.» 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.