/news/society
Navigation

Après trois années de sacrifices, les Québécois vont fêter Noël en grand

Sylvie Mailloux
Photo Chantal Poirier Sylvie Mailloux adore Noël et a déjà entamé les préparatifs en vue de faire un grand rassemblement familial dans une salle communautaire louée pour l’occasion.

Coup d'oeil sur cet article

Après deux fins d’année loin des gens qu’ils aiment, de nombreux Québécois ont soif de se retrouver, de festoyer et de créer des souvenirs précieux en famille et en amis pour les Fêtes. 

L’espoir d’être en mesure de finalement souligner Noël et le Nouvel An d’une façon plus normale est à son comble après bientôt trois années de pandémie et de sacrifices.

Le Journal s’est d’ailleurs entretenu avec plusieurs Québécois qui prévoient de faire les choses en grand en s’offrant une réunion familiale grandiose ou un voyage inoubliable sous les tropiques.

Plus que tout, c’est l’envie de partager des moments inestimables avec ceux qu’ils aiment qui fait monter la fébrilité.

«Avoir le plaisir d’échanger, de se raconter des affaires, il faut être privé de ça pour se rendre compte comment est-ce que ça nous tient à cœur et c’est important», souligne Yves Ferron, un retraité qui en est à sa troisième tentative de réunir tous ses proches pour fêter le Nouvel An dans un chalet en Mauricie.

Pendant ce temps, des experts en santé invitent à la prudence alors que les virus respiratoires circulent abondamment et que les urgences sont bondées. Sans prôner une annulation des festivités, ils appellent au «gros bon sens» afin de protéger les plus vulnérables. 

Forte demande

La frénésie se mesure un peu partout et fait définitivement rouler l’économie. 

Restaurateurs, traiteurs, locateurs de chalet, agents de voyage... tous en ont plein les bras pour répondre à une demande pratiquement comparable à l’avant-pandémie.

«Cette année, c’est hors de contrôle ! [...] Tout le monde a tellement hâte de recevoir des gens comme ils le faisaient voilà deux ans et demi que c’est juste fou», s’exclame Brent Habib, propriétaire de La Cuisine Maison, qui se spécialise dans les mets préparés et prêts à manger à Laval.

Particulièrement échaudés par les confinements, les restaurateurs ont également confiance de finir 2022 sur une meilleure note, alors que les partys de bureau battent leur plein.

«Je vous dirais que ça augure bien. [...] Enfin, un Noël sans tout lire le livre de règlements qui vient avec», lance Martin Vézina, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales à l’Association Restauration Québec.

De la chaleur

Dans les agences de voyages, on voit aussi que les Québécois renouent avec leurs vieilles habitudes : les destinations soleil ont la cote et les voyageurs ne se privent pas, même si les prix sont plus élevés.

«Et ce n’est pas juste une question d’aller dans le Sud ou d’aller au soleil. Oui, il y a ça aussi [...], mais il y a le fait de sortir, juste sortir , souligne Nicole St-Hilaire, propriétaire de Club Voyages Beauport et de Voyages Nicole St-Hilaire.

Toute la famille enfin réunie

Sylvie Mailloux
Photo Chantal Poirier

L’idée de pouvoir festoyer entourée de tous ses enfants, ses petits-enfants, et de sa belle-famille réchauffe le cœur d’une jeune grand-mère de Longueuil.

Pour Sylvie Mailloux, dont Noël est «la plus belle fête dans l’année», les deux derniers temps des Fêtes ont été plutôt tristes.

Même si elle était avec sa famille proche l’année dernière, cette fois marquera le retour des traditions d’avant la pandémie, le 25 décembre.

«On a loué une salle» communautaire ; ce sera «le gros party, comme dans le temps», indique la grand-mère de 57 ans.

Ainsi, toute la belle-famille et les cousins sont également invités. 

Près de 40 personnes seront présentes, dont ses cinq enfants, leurs conjoints et ses neuf petits-enfants.

«Ça va faire depuis que la pandémie est commencée qu’on n’a pas vu notre monde. On commence à voir nos gens cette année depuis qu’on a le droit. Ç’a été triste. Je suis restée avec toute ma bouffe dans le congélateur parce que les deux [dernières] fois, j’espérais qu’on pourrait être tous ensemble» avant que ce soit annulé, raconte celle qui est coiffeuse en plus de travailler dans une résidence pour personnes âgées souffrant d’Alzheimer.

«C’est sûr que j’ai été déçue de ne pas avoir toute ma gang autour de moi.»

Des moments magiques

Repas traditionnel avec dinde, jambon, ragoût, tourtières et pâtés, présence d’un DJ : Sylvie Mailloux et sa famille ne feront pas les choses à moitié.

«Pour moi, Noël, ça représente l’amour. [...] On fait du karaoké, on chante, on fait des jeux et c’est mon fils qui fait le père Noël, souligne-t-elle. [...] Moi, je m’occupe beaucoup de la bouffe, j’adore la cuisine et j’adore cuisiner pour les autres.»

L’ouverture des cadeaux en présence de ses petits-enfants demeure son moment favori. «C’est magique», conclut-elle.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.