/news/coronavirus
Navigation

L'OMS espère la fin de la COVID et de la variole du singe en 2023

L'OMS espère la fin de la COVID et de la variole du singe en 2023
AFP

Coup d'oeil sur cet article

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) espère que la Covid-19 et la variole du singe ne seront plus des urgences de santé publique dans le monde en 2023, lorsque les deux maladies auront terminé leur phase la plus dangereuse.

• À lire aussi: Vous êtes malades, vous avez des symptômes, pas de fêtes de famille!

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que l’un des principaux enseignements de la pandémie de la COVID-19 était que les pays devaient réagir rapidement à des épidémies surprises.

À propos de la COVID-19, il a déclaré que le nombre de décès hebdomadaires représentait désormais environ un cinquième de ce qu’il était il y a un an.

«La semaine dernière, moins de 10 000 personnes ont perdu la vie. C’est toujours 10.000 de trop et tous les pays peuvent encore faire beaucoup pour sauver des vies», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse.

«Mais nous avons parcouru un long chemin. Nous espérons qu’à un moment donné l’année prochaine, nous pourrons dire que la COVID-19 n’est plus une urgence sanitaire mondiale», a-t-il ajouté.

Le comité d’urgence de l’OMS sur la COVID-19, qui conseille le directeur général sur le fait de savoir si le virus constitue une urgence de santé publique d’intérêt international, discutera des critères permettant d’établir ou non la fin de cette urgence sanitaire lors d’une réunion en janvier.

Maria Van Kerkhove, qui dirige l’équipe technique de l’OMS sur la COVID, a précisé que ce comité examinerait l’épidémologie, les variants comme Omicron et l’impact du virus.

L’épidémie «n’est plus ce qu’elle était au déut», avec des cas donnant lieu aujourd’hui à moins d’hospitalisations et de morts, a-t-elle expliqué. «Ces morts interviennent largement dans le cas de personnes non vaccinées», ou n’ayant pas reçu tous les vaccins, a-t-elle encore dit.

«Là pour rester» 

L’OMS estime que 30 milliards de doses de vaccins ont été administrées dans le monde, avec toutefois 30% de la population mondiale n’ayant reçu qu’une seule dose.

«Ce virus ne va pas disparaître. Il est là pour rester et tous les pays devront apprendre à le gérer en même temps que d’autres maladies respiratoires», a-t-il déclaré.

Près de 650 millions de cas d’infection à la COVID et plus de 6,6 millions de morts ont été enregistrés, selon l’OMS qui juge toutefois ces chiffres très en deçà de la réalité.

«Nous serons encore confrontés à de nombreuses incertitudes et défis en 2023. Dans les pays à faible revenu, seule une personne sur cinq a été vaccinée», a indiqué le chef de l’organisation onusienne.

Il a également souligné la nécessité de mieux comprendre la genèse du virus, identifié pour la première fois à Wuhan, en Chine, en décembre 2019. «Nous continuons à demander à la Chine de partager ses données et de mener les études qui ont été requises pour mieux comprendre les origines de ce virus», a-t-il déclaré.

«Toutes les hypothèses restent sur la table», y compris celle d’un virus qui se serait échappé d’un laboratoire à Wuhan, a-t-il affirmé.

Concernant la variole du singe, M. Tedros a souligné que l’épidémie mondiale avait pris le monde par surprise.

Plus de 82 000 cas ont été signalés dans 110 pays, mais le taux de mortalité est resté faible, avec 65 morts.

«Si la tendance actuelle se poursuit, nous espérons que l’année prochaine, nous pourrons également déclarer la fin de cette urgence sanitaire», a-t-il conclu.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.