/news/green
Navigation

Environnement: mise en garde contre des biosolides américains

Environnement: mise en garde contre des biosolides américains

Coup d'oeil sur cet article

Les chimistes, les biologistes et les microbiologistes du Québec recommandent de ne pas utiliser les biosolides municipaux et industriels en provenance des États-Unis, en raison de la présence de contaminants d’intérêts émergents nocifs à l’environnement. 

• À lire aussi: Des ordres professionnels alertent sur les biosolides en provenance des États-Unis

Les biosolides constituent une catégorie de matières résiduelles fertilisantes sous la forme de boues résultant de l’épuration des eaux usées municipales et industrielles et sont difficilement biodégradables, ce qui favorise leur bioaccumulation dans les organismes vivants.

L’Ordre des chimistes du Québec (OCQ), l’Association des biologistes du Québec (ABQ) et l’Association des microbiologistes du Québec (AMQ) s’inquiètent de la présence des substances per- et polyfluoroalkylées dans les biosolides, fortement dommageables à la santé.

«Il faut demeurer vigilant quant à la question des risques de dissémination de gènes de résistance aux antibiotiques dans l’environnement et de propagation de bactéries et de virus pathogènes lors de l’épandage de biosolides comme matières résiduelles fertilisantes», a estimé Marc Hamilton, président de l’AMQ, par voie de communiqué.

Aussi, les trois organismes demandent à l’unisson au gouvernement du Québec de reprendre le processus de modernisation de la Loi sur les chimistes professionnels interrompu en 2014 à l’étape des consultations et des auditions publiques.

«Il est possible d’atteindre plusieurs objectifs avec un seul moyen, soit de procéder à la modernisation de la Loi sur les chimistes professionnels dans la perspective d’un décloisonnement des activités professionnelles favorable à une intégration réussie des microbiologistes et biologistes», a indiqué Michel Alsayegh, président de l’OCQ.

«Les terres agricoles et les milieux aquatiques, dont la faune et la flore sont particulièrement touchées par l’épandage de biosolides, illustrent bien comment leur expertise intégrant les divers niveaux du vivant permet une meilleure protection du public», a ajouté Amélie Goulet, vice-présidente de l’ABQ.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.