/qubradio
Navigation

Temps supplémentaire obligatoire: «Il faudrait que le ministre prenne ça au sérieux», dit le syndicat

bloc situation hôpital
Photo d'archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le président du Syndicat des professionnelles en soins de l’Est-de-l ’Île-de-Montréal somme le ministre de la Santé, Christian Dubé, de «prendre la situation au sérieux» et de mettre fin au temps supplémentaire obligatoire (TSO), sans quoi le personnel soignant risque de quitter le navire. 

«Le ministre fait beaucoup de politique avec l’auto-gestion des horaires, ce que lui appelle ‘’la gestion locale des horaires’’, mais ça, le fait que le congé de l’infirmière soit le mardi ou le jeudi, ça n’ajoute pas du personnel. Ça n’ajoute pas des heures travaillées [...] pour combler le TSO», a déclaré Denis Cloutier en entrevue à QUB radio, lundi.

Le président du Syndicat des professionnelles en soins de l’Est-de-l ’Île-de-Montréal déplore que le recours au TSO, qui devait être utilisé de façon exceptionnelle, se fasse désormais de façon régulière.

  • Écoutez la rencontre Dutrizac – Dumont diffusée chaque jour en direct 7 h via QUB radio :

«Il y a des équipes, comme celle de l’urgence de Maisonneuve-Rosemont où ça va beaucoup trop loin. Ça laisse [les infirmières] dans des situations où elles ne sont pas assez nombreuses et ça finit par affecter la qualité des soins», a-t-il indiqué au micro de Philippe-Vincent Foisy.

M. Cloutier rappelle d’ailleurs qu’une centaine d’infirmières de cet établissement ont signé une pétition pour réclamer le départ de leur cheffe d’unité, sans quoi elles quitteront leurs fonctions. Les employés lui reprochent notamment sa gestion «autocratique et très autoritaire» et le fort recours au TSO «imposé par toutes sortes de manigances».

«On pourrait prendre demain matin entre 50 et 75 nouvelles infirmières [...] il resterait encore du TSO», a déploré M. Cloutier.

«Pour ce qui est de l’hôpital au grand complet [...], il y a 189 lits d’hospitalisation qui ont été fermés depuis le début de la pandémie», a-t-il affirmé.

Pour M. Cloutier, «il faudrait que le ministre Dubé prenne ça au sérieux à un moment donné». «Le problème du temps supplémentaire obligatoire, c’est un problème relativement complexe, mais au final [qui] relève d’un abus de gestion.»

  • Écoutez l'entrevue avec Jean-François Gagné adjoint au relation de travail FPHQ ou fédération des employés du préhospitalier du Québec à l’émission de Richard Martineau via QUB radio

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.