/investigations/environment
Navigation

Cuisinière au gaz: le PQ réclame aussi une commission parlementaire

Vous voyez cet article car vous êtes connecté.

Article réservé aux utilisateurs connectés. Se connecter

Coup d'oeil sur cet article

Préoccupé par les conclusions d’une étude sur les risques pour la santé que représentent les cuisinières au gaz, le Parti québécois appuie la demande d’un groupe de médecins et d’environnementalistes pour qu’une commission parlementaire se penche sur la question.

• À lire aussi: Des médecins veulent bannir les cuisinières au gaz

L’étude du Journal of Environmental Research and Public Health publiée récemment, et qui s’ajoute à plusieurs autres publiées ces dernières années, affirme que 12,7 % des cas d’asthme chez les enfants aux États-Unis sont attribuables à ces appareils.

Une méta-analyse publiée en 2013 avançait pour sa part que les enfants vivant dans une maison équipée d’une cuisinière au gaz avaient 42 % plus de risque d’expérimenter des symptômes d’asthme.

« Les effets nocifs que peuvent représenter les cuisinières au gaz sur la santé ne sont pas à négliger. La récente étude du Journal of Environnemental Research and Public Health est à cet égard préoccupante », a réagi le député Joël Arseneau, porte-parole du Parti Québécois en matière de Santé.

Interdiction

L’Association québécoise des médecins pour l’environnement (l’AQME) qui représente quelques centaines de médecins ainsi que six autres organismes, dont Greenpeace et Écohabitation, demandent au gouvernement d’adopter un règlement pour interdire le branchement de tout équipement au gaz dans les nouveaux bâtiments comme cela se fait dans quelques villes américaines comme New York ou Los Angeles.

Le groupe demande une commission parlementaire pour faire la lumière sur ce que savaient les distributeurs de gaz comme Énergir ou Gazifère quant au risque lié à cet appareil.

« La demande des médecins et des groupes environnementaux d’interdire les cuisinières au gaz en raison des risques de santé mérite d’être entendue et étudiée. C’est pourquoi le Parti Québécois soutient la demande des groupes pour la tenue d’une commission parlementaire. Ce serait l’occasion de faire toute la lumière sur le dossier », ajoute M. Arsenault.

De son côté, Québec solidaire demande à la Santé publique d’intervenir. « Québec solidaire souhaite que la Santé publique se saisisse rapidement de la question et émette des recommandations », a de son côté réagi le député solidaire de Rosemont Vincent Marissal.

La CAQ silencieuse

Malgré les préoccupations quant aux risques associés aux cuisinières au gaz et les demandes de l’association des médecins et environnement, le gouvernement de François Legault est resté muet, mardi. 

« Le gouvernement ne pourra pas balayer ça sous le tapis et espérer que le problème se règle en l’ignorant », souligne Patrick Bonin de Greenpeace.

Ce dernier ajoute que Québec est responsable de la santé de la population et doit exiger des réponses des gazières.

« La santé des gens n’est pas négociable, les gens sont inquiets et se demandent pourquoi ils n’ont pas été informés », poursuit-il. Il rappelle que la Caisse de dépôt et placement du Québec est actionnaire d’Énergir à 80 %. « C’est la moindre des choses d’exiger des réponses. »

Au moment de publier, le Parti libéral du Québec n’avait pas réagi.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.