/investigations/health
Navigation

Découragés des délais, des Québécois magasinent du sperme sur les réseaux sociaux

Ils choisissent cette méthode «artisanale» car il y a près d’un an d’attente dans les cliniques de fertilité

Vous voyez cet article car vous êtes connecté.

Article réservé aux utilisateurs connectés. Se connecter

Coup d'oeil sur cet article

Des Québécois prennent le risque de se tourner vers les réseaux sociaux et des sites internet pour trouver un donneur de sperme, découragés des longs délais et de la complexité des services de fertilité encadrés par les gouvernements. 

• À lire aussi: Procréation assistée: six mois pour un premier rendez-vous au public

• À lire aussi: Les cliniques privées de fertilité boudent le programme de procréation assistée de la CAQ

Émilie Durand, une résidente de Charlevoix, a entamé des démarches auprès du réseau de la santé pour devenir maman solo, en mars 2022. 

La femme de 41 ans est sur une liste d’attente pour des services de fertilité d’une clinique de la région de Québec. Sans nouvelles depuis presque un an, elle se sent découragée. «Anéantie, complètement anéantie. C’est pour ça que je cherche autre chose. Ça n’a aucun sens», explique-t-elle à l’équipe de J.E

Mme Durand a ainsi décidé de se tourner vers les réseaux sociaux pour trouver un donneur de sperme. Il s’agit du dernier espoir pour concrétiser son rêve de fonder une famille. 

  • Écoutez l'entrevue avec Céline Braun à l’émission de Guillaume Lavoie diffusée chaque jour en direct 13 h 35 via QUB radio : 

De nombreux risques

Le reportage qui présente son cas, qui sera diffusé ce soir à 21 h 30 à TVA, lève le voile sur cet univers parallèle du don de sperme via internet et les risques qui peuvent y être associés. 

Les centres de reproduction publics et privés offrent un bien meilleur encadrement.
Capture d'écran de J.E
Les centres de reproduction publics et privés offrent un bien meilleur encadrement.

Les risques pour la santé sont nombreux lorsqu’une femme a recours à un don de sperme d’un inconnu, sans passer par le réseau de la santé, dit le Dr William Buckett, du Centre de reproduction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Ici, au laboratoire de fertilisation in vitro du CUSM, une spécialiste utilise un microscope inversé pour choisir le meilleur spermatozoïde et l’injecter dans l’ovule.
Capture d'écran de J.E
Ici, au laboratoire de fertilisation in vitro du CUSM, une spécialiste utilise un microscope inversé pour choisir le meilleur spermatozoïde et l’injecter dans l’ovule.

«On ne connaît pas [l’état] de santé physique, mentale, tous les risques d’infections, de maladies, etc.», décrit-il. 

Trouver des hommes prêts à donner leur sperme se fait en quelques minutes sur Facebook ou des forums spécialisés. L’équipe de J.E a facilement réussi à obtenir un échantillon dans un simple contenant en plastique après être entrée en contact avec des donneurs. Certains n’avaient pas subi de test de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS).

Un donateur rencontré via Facebook a remis à notre journaliste un échantillon de sperme dans un contenant en plastique.
Capture d'écran de J.E
Un donateur rencontré via Facebook a remis à notre journaliste un échantillon de sperme dans un contenant en plastique.

Ces méthodes artisanales sont une voie facile pour s’éviter les tracas du réseau de la santé et des cliniques privées, qui offrent des services beaucoup plus encadrés.

  •  Écoutez la chronique Crime et Société avec Félix Séguin, journaliste au Bureau d’enquête de Québecor au micro de Richard Martineau sur QUB radio : 

Retour de la gratuité

L’Association Infertilité Québec note une hausse des demandes des services de fertilité de 20 % depuis mars 2020, dans le réseau public et privé.

Les temps d’attente « sont notamment attribuables à une augmentation des demandes [...] depuis le début de l’offre de services assurés de FIV [fécondation in vitro] en novembre 2021 », écrit par courriel Noémie Vanheuverzwijn des relations médias du ministère de la Santé. 

À partir de cette date, le ministère a recommencé à offrir gratuitement certains services qui étaient payants depuis quelques années.

La porte-parole ajoute que la pandémie et les enjeux de main-d’œuvre ont également affecté les temps d’attente.

Céline Braun, la présidente de l’Association Infertilité Québec, remarque aussi que les Québécoises et Québécois ont de plus en plus de troubles liés à la fertilité, car ils sont plus âgés lorsqu’ils veulent des enfants.

«C’est souvent dû au fait que les gens font un métier, des études, entrent sur le marché du travail plus tard. [...] On a voulu se créer un social, acheter une maison», explique-t-elle, ce qui retarde le projet de fonder une famille.

Des offres attrayantes... ou pas

En quelques clics, on peut trouver des volontaires qui offrent gratuitement leur sperme sur Facebook. Voici quelques exemples :

Photo courtoisie

Photo courtoisie

Photo courtoisie

Photo courtoisie

Photo courtoisie

UN MANQUE DE MATIÈRE PREMIÈRE

Pas facile pour les cliniques de procréation assistée, qu’elles soient publiques ou privées, de trouver du sperme.

Le ministère de la Santé du Québec confirme qu’il n’y a pas de distributeur d’échantillons de sperme situé dans la province. Une porte-parole explique, par courriel, que «la seule banque de sperme est privée [clinique ovo] et est réservée pour les besoins de leurs patientes».

Les centres de reproduction doivent donc se tourner vers l’étranger, notamment aux États-Unis, explique Céline Braun de l’Association Infertilité Québec. 

«Malheureusement, ces banques-là actuellement sont vides ou presque vides», déplore-t-elle.

Mme Braun pense que le Canada et le Québec devraient songer à la possibilité de rémunérer les donneurs, comme aux États-Unis. 

Ainsi, il pourrait y avoir des banques de sperme au Québec.

Trois façons d’avoir accès à des services de fertilité

AU PUBLIC :

Coûts La Régie de l’assurance maladie couvre un cycle de fécondation in vitro (FIV) et un maximum de six inséminations artificielles.

Établissements Il existe 15 centres de procréation assistée publics au Québec. Le CHU Sainte-Justine et le Centre universitaire de santé McGill sont les deux seuls à offrir des services de fécondation in vitro.

Encadrement et précautions Les centres de procréation assistée doivent notamment évaluer l’admissibilité du donneur ainsi que la qualité du sperme. Ils s’assurent également de la conservation et de la mise en quarantaine du sperme.

AU PRIVÉ :

 

Coûts Le coût d’un cycle de FIV de base peut varier de 4000 $ à 8600 $. Pour un traitement d’insémination artificielle en cabinet privé, il faut compter environ 475 $.

Établissements Il existe sept cliniques de procréation assistée privées au Québec, qui offrent également des services couverts par la RAMQ.

Encadrement et précautions Tout comme les centres publics, les cliniques privées doivent évaluer l’admissibilité du donneur ainsi que la qualité du sperme. Elles offrent également la conservation et la mise en quarantaine du sperme de façon sécuritaire.

DON ARTISANAL :

(Sans intermédiaire comme un médecin ou un établissement de santé)

Coûts Gratuit. Il est illégal pour un donneur de recevoir un paiement, en vertu de la Loi sur la procréation assistée.

Établissements Plusieurs donateurs volontaires placent des annonces sur des pages Facebook et forums de discussion.

Encadrement et précautions Il n’y a aucun encadrement et des précautions peuvent être prises à la discrétion des deux parties. Par exemple, un test de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) peut être demandé au donneur.

Il est aussi possible pour un donneur et une femme mis en contact via internet de passer ensuite par un centre de reproduction, ce qui assure un meilleur encadrement.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.