/lifestyle/columnists
Navigation

De la sécurité du piéton

Coup d'oeil sur cet article

Je voudrais profiter de la parution ce matin du texte de cet homme qui se plaint, depuis qu’il est revenu habiter à Montréal, de l’impolitesse des cyclistes à son endroit, pour lui apporter mon appui. La sécurité du piéton est hypothéquée par l’ignorance, la sauvagerie et le je-m’en-foutisme d’une bonne partie de ceux qui se promènent en vélo.

Quand on marche sur le trottoir, il faut comprendre et accepter que l’on peut à tout moment être frappé par un vélo qui circule (illégalement) sur celui-ci. Bien des gens qui utilisent ce moyen de transport ne se sentent concernés par aucune règle du code de la route.

Quant à la notion de civisme : « de kessé », se disent-ils ? Ça n’existe pas pour eux les STOP, la compréhension du concept de sens inverse, celle des feux de circulation, de l’interdiction de rouler à bicyclette sur un trottoir, et j’en passe. Qu’on se le tienne pour dit, ils vont où bon leur semble, et de la façon qui leur plaît !

Tout ça se veut, dans leur esprit, me semble-t-il, justifié par le fait qu’ils seraient eux-mêmes victimes, sinon cibles, des automobilistes. Alors ils se vengent sur les piétons en les terrorisant et en les mettant en danger grave et immédiat à leur tour. En un mot, l’art de refiler la facture de l’imbécillité.

Piètre humanité

Si je me fie à mon expérience personnelle, je dois malheureusement corroborer vos dires, vu le nombre de fois où, tant dans le centre-ville de Montréal que dans le quartier où j’habite, je fus témoin de cyclistes imprévisibles qui brûlaient les feux rouges ou roulaient à tombeau ouvert sans égard pour les piétons ou les marcheurs.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.