/news/transports
Navigation

Grève des chauffeurs de la STLévis: des étudiants et des parents pris en otage

Coup d'oeil sur cet article

Le premier jour de grève à la Société de transport de Lévis a eu des répercussions sur le retour en classe des cégépiens et des autres étudiants, dont plusieurs ont dû revoir leurs plans.

• À lire aussi: Grève de 6 jours à la STLévis: le syndicat évoque un «fossé» et n’exclut pas la grève illimitée

• À lire aussi: Les chauffeurs de la STLÉvis en grève depuis ce matin

Comme dans la plupart des cégeps de la région de Québec, les étudiants de Lévis faisaient un retour en classe après le long congé des Fêtes.

« C’est certain que ça nous désorganise. C’est un bon détour. On habite sur la Rive-Nord. Mon fils prend le traversier et l’autobus pour se rendre au cégep, mais ce matin (lundi), on a dû s’organiser différemment », a partagé France Provencher dont l’horaire de travail sera aussi affecté puisqu’elle doit assurer le transport.

France Provencher est partie de Québec lundi matin pour aller reconduire son fils au cégep de Lévis.
Photo Diane Tremblay
France Provencher est partie de Québec lundi matin pour aller reconduire son fils au cégep de Lévis.

À la rescousse

Comme elle, dans bien des cas, ce sont les parents qui ont dû pallier l’absence du service de transport en commun.

« Ça désorganise toute la famille parce que mon frère aussi va au cégep, mais à Sainte-Foy. Il ne vient pas au même cégep que moi et on n’est pas dans les mêmes heures. Il faut que mes deux parents s’arrangent pour venir nous porter chacun de notre côté. Habituellement, mon frère prend l’autobus également », a exprimé Laurie Lefrançois, étudiante au cégep de Lévis.

« C’est aussi le fait qu’on paie pour des passes d’autobus et qu’on nous prive du service pendant une semaine au complet », a voulu dénoncer son amie Noémie Cantin.

Photo Diane Tremblay

À ce sujet, la STLévis dit évaluer la possibilité d’un remboursement partiel en guise de compensation.

En congé forcé

Une mère de famille, Nadya Daigle, a dû se résigner à garder sa fille à la maison puisque cette dernière devrait marcher une heure pour se rendre à l’école secondaire Pointe-Lévy. Elle ratera tous ses examens de mi-année, mais grâce à une entente avec le directeur de l’école, elle pourra les reprendre la semaine prochaine. 

« Nous sommes totalement pris en otage (...). Je ne peux aller nulle part. J’ai dû annuler un rendez-vous chez le marchand de lunettes qui vient à Lévis une fois par semaine. J’ai dû le reporter à la semaine prochaine », a raconté la maman à faible revenu.

La porte-parole du centre de services scolaire des Navigateurs, Louise Boisvert, affirme que le taux d’absentéisme n’était pas plus élevé qu’à l’habitude.  

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.