/opinion/blogs/columnists
Navigation

Le jour de la marmotte en éducation

Le jour de la marmotte en éducation
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Ce titre évoque un souvenir? Il s’agit d’un film des années 90.

Il met en scène un présentateur météo nommé Phil Connors. Celui-ci part en reportage à l’occasion du jour de la marmotte. Cependant, une fois le tournage terminé, un blizzard le force à passer la nuit sur place. À la suite de cet événement, chaque fois que son réveil sonne, c’est cette même journée qui recommence.

À la rentrée scolaire, Patrick Lagacé ressentait la même chose que Phil: «C’est un peu le jour de la marmotte, en éducation, les mêmes enjeux reviennent année après année, sans vraiment se régler. Les profs que je cite ici [...] me disent à peu près ce que j’entendais il y a sept, cinq et trois ans.»

Pour certains enjeux, j’oserais même dire qu’on radote depuis au moins 25 ans.

Encore

Je crois que je suis Phil. Je revis sans cesse la même journée. 

Récemment, Le Devoir nous «apprenait» que les écoles privées et des enseignants veulent repasser à deux bulletins (ici et ici). Cet automne, une lettre publiée dans Le Journal et cosignée par plus de 6275 enseignants demandait la même chose (ici).

Je crois que je suis Phil. Je revis sans cesse la même journée. 

Je lis et j’entends des commentaires sur l’évaluation. Toujours les mêmes. Parfois intéressants, souvent insignifiants. Lors de ma maîtrise, j’ai écrit un essai intitulé Concordances et divergences entre les pratiques évaluatives des enseignants et la politique d’évaluation des apprentissages. Malgré tout, j’ai encore l’impression d’en apprendre sur le sujet. Je me rends compte que nous avons plusieurs avis divergents sur la question. Le sujet est complexe et certains devraient faire preuve d’un peu d’humilité. Comme cette politique date de 2003, on est peut-être juste mûr pour une mise à jour.

Et encore

Je crois que je suis Phil. Je revis sans cesse la même journée. 

Le ministre de l’Éducation nous informe qu’il va collaborer avec le DG du CSS du Pays-des-Bleuets pour tenter d’éviter la fermeture de 50% des maternelles 4 ans. Pendant ce temps, le CSS des Samares annonce qu’il fermera près de 40% des siennes. Surpris? Ce n’est pas comme si tout le monde disait, en 2018, que le gouvernement errait dans ce dossier.

Je crois que je suis Phil. Je revis sans cesse la même journée. 

Le PQ veut une enquête sur le «mépris envers la nation» dans les écoles. Are you kidding me? Un flo enregistre son prof, pis c’est ça votre gros combat? On pourrait commencer par régler ce qui traîne depuis des décennies. La liste est longue. Il suffit de faire une revue presse des 25 dernières années.

Je crois que je suis Phil et j’espère depuis longtemps que cette interminable journée tirera enfin sa révérence.

Mais je commence à croire que plusieurs de mes collègues ont compris avant moi comment mettre fin à la répétition de ce cycle temporel.

Ils ont sacré leur camp.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.