/opinion/columnists
Navigation

Le moment Clint Eastwood de Justin Trudeau

Le moment Clint Eastwood de Justin Trudeau
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Je vais vous surprendre. Justin Trudeau envisage d’utiliser la Cour suprême pour faire invalider la loi 21 (sur la laïcité) et la loi 96 (sur la langue française) adoptées par le parlement de Québec.

• À lire aussi - Clause dérogatoire: Legault se fâche contre Trudeau

C’est une excellente nouvelle.

Je vous avais dit que je vous surprendrais.

Laissez-moi vous expliquer.

Défi

Justin Trudeau voudrait que la Cour suprême limite le droit pour un gouvernement provincial de recourir à la clause qui permet de mettre toute loi à l’abri d’une contestation judiciaire pendant cinq ans, même si cette loi suspend des droits garantis par la charte canadienne.

Le gouvernement Legault s’est prévalu de cette clause pour ses deux lois sur la laïcité et la langue française. 

J’ai toujours trouvé que Justin Trudeau était un mauvais premier ministre et un mauvais acteur, mais sa dernière sortie me rappelle un très grand moment de cinéma.

Dans Sudden Impact (1983), Harry « Dirty Harry » Callahan (Clint Eastwood) pointe son 44 Magnum sur un voyou qui détient une otage.

Il le met au défi : « Go ahead, make my day » (vas-y, fais ma journée).

Bref, vas-y, essaye-toi, ça me donnera une occasion de te « blaster ».

Voilà, Justin Trudeau vient de mettre François Legault au défi.

Évidemment, Trudeau escamote des aspects importants.

Le premier est que la charte canadienne est contenue dans cette Constitution de 1982 qu’aucun gouvernement du Québec n’a signée.

Mais ça fait longtemps que le Canada anglais s’en fout totalement.

En passant, demandez à des jeunes de moins de 25 ans autour de vous s’ils savent que le Québec est assujetti à une constitution qu’il n’a jamais signée.

Le second est que l’arrêt Ford de 1988 statuait qu’un gouvernement provincial n’était pas tenu de justifier les raisons pour lesquelles il invoque cette clause.

Le Canada a beaucoup évolué depuis ce temps, surtout dès qu’il est question d’une initiative du Québec qui heurte l’idéologie multiculturaliste.

Dès l’annonce de Trudeau, François Legault a grimpé aux rideaux.

« Attaque frontale » contre le Québec !, a-t-il tonné

Alors, pourquoi est-ce que je me réjouis de cette « fourberie » de Justin Trudeau, dénoncée aussi par le PQ et QS ?

En passant, le PLQ a déjà fait savoir qu’il serait dans le camp de Trudeau. Si ça vous étonne, je ne sais pas où vous étiez depuis 10 ans.

  • Écoutez la chronique de Joseph Facal au micro de Richard Martineau disponible en balado sur QUB radio : 

Régime

« Moi, je suis nationaliste à l’intérieur du Canada », disait récemment M. Legault.

Depuis quatre ans, il soutient qu’il est possible pour le Québec de protéger son identité tout en restant dans le régime canadien.

Il brandit en guise de preuves ces lois sur la laïcité et la langue, pourtant minimalistes et insuffisantes.

Mais le Québec vit dans un régime de liberté surveillée. Il suffit qu’Ottawa tire sur la laisse. 

Nous y sommes. 

Nous saurons enfin ce que François Legault a dans le ventre. Fini de faire semblant. Il fera quoi ?

Et nombre de Québécois verront la vraie nature de régime canadien. Fini le « show de boucane ».

Voilà pourquoi je m’en réjouis.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.