/news/transports
Navigation

Les températures limitent l'accès aux sentiers de motoneige sur la Basse-Côte-Nord

Coup d'oeil sur cet article

Au cœur de la période hivernale, aucun tronçon de la route blanche n’est accessible sur la Basse-Côte-Nord en raison du manque de glace et de neige, affirme le ministère des Transports. 

Avec le sentier de motoneige fermé, les résidents des villages craignent un autre hiver privé de leur seul lien terrestre.

Seul un petit tronçon entre PakuaShipi et Saint-Augustin a pu être ouvert la semaine dernière, mais a rapidement été fermé à la suite d’une accumulation d’eau sur la glace.

Les 450 kilomètres de sentier de motoneige entretenus par le ministère des Transports ne sont pas accessibles. Du froid et de la neige sont attendus pour ouvrir les sentiers.

«On voit encore des broussailles, des branches. Ce n’est pas très sécuritaire», a précisé la porte-parole du ministère des Transports, Caroline Rondeau. «Il y a d’autres endroits où il y a des passages en eau salée. Dans ces cas, on demande une épaisseur de glace encore plus grande que l’eau douce. Ce n’est pas encore assez gelé.»

Cette situation bouscule la vie des citoyens de la Basse-Côte-Nord. La route blanche est une façon moins coûteuse pour se déplacer par rapport à l’avion et au bateau. De plus, la vie sociale s’organise autour de cette route en hiver. Sans cette voie terrestre, il n’y a pas de tournoi sportif.

Par ailleurs, des levées de fonds ne peuvent pas être tenues, sans compter les pertes économiques pour les commerçants, a constaté Gilles Monger, un résident de Tête-à-la-Baleine.

«Pour les petits aubergistes de la région, quand la route blanche fonctionne, c’est leur gagne-pain. Pour certains, c’est leur raison principale d’exister. Tout le monde est affecté par cette situation.»

L’an dernier, la route blanche a été accessible dans son entièreté pendant 44 jours. Cependant, en 2016 et 2021, il n’y pas eu une seule journée où elle été complètement ouverte entre Kegaska et Blanc-Sablon. Pour plusieurs citoyens de la Basse-Côte-Nord, la seule solution à ce problème de transport réside dans le prolongement de la route 138.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.