/news/green
Navigation

[PHOTOS] L'un des plus gros arbres de Montréal n'est plus

Le peuplier deltoïde de 2 m de diamètre est devenu un «arbre de vie»

Plus gros peuplier deltoïde de Rosemont
Photo Louis-Dominique Lamarche

Coup d'oeil sur cet article

Il ne reste plus que le tronc du plus gros arbre de l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie, à Montréal, élagué en raison de son état de dépérissement qui posait un risque pour la sécurité des citoyens.

L’imposant peuplier deltoïde surplombait de plusieurs mètres les autres arbres du parc Léon-Provancher, près du Jardin botanique de Montréal. 

Avec 192 centimètres de diamètre, il fallait quatre personnes pour l’entourer. Il trônait dans le parc au moins depuis 1958, selon des photos d’archives, indique par courriel l’arrondissement.

Le dépérissement de la cime de l’arbre s’accélérait à un point où un élagage ponctuel ne suffisait pas à assurer la sécurité des citoyens qui fréquentent le parc, explique-t-on dans le courriel.

« Une importante cavité à l’intérieur de l’arbre réduit la capacité du tronc à résister aux forces de tension et de torsion créées par l’emprise du vent dans son feuillage », ajoute-t-on.

Le peuplier surplombait tous les autres arbres du parc.
Photo Louis-Dominique Lamarche
Le peuplier surplombait tous les autres arbres du parc.

Arbre de vie

L’arrondissement n’a toutefois pas procédé à l’abattage complet. Le peuplier a plutôt été transformé en « arbre de vie », c’est-à-dire qu’il reste le tronc enraciné dans le sol. 

« Laissés en place, [les arbres de vie] représentent un habitat pour plusieurs espèces d’animaux. Ils sont utilisés comme abris, sites de nidification, de guet, de chant, de toilettage ainsi que comme garde-manger. Chaque espèce faunique sélectionne le bois mort en fonction de ses besoins », souligne aussi l’arrondissement dans le courriel.

D’autres arbres de vie subsistent ainsi aux parcs Lafond, Beaubien, Étienne-Desmarteau et Maisonneuve.

Affectés par les changements climatiques

Le peuplier du parc Léon-Provancher était le plus gros arbre de Rosemont–La Petite-Patrie, suivi de près par de très gros arbres matures du parc Maisonneuve, selon l’arrondissement.

Il faut dire que le peuplier deltoïde figure parmi les plus grands arbres de la région de Montréal, avec le pin blanc.

Avec près de 2 mètres de diamètre, il faut quatre personnes pour l’entourer.
Photo Louis-Dominique Lamarche
Avec près de 2 mètres de diamètre, il faut quatre personnes pour l’entourer.

Il lui faut 50 à 70 ans pour atteindre la maturité, moment où il peut mesurer plus de 35 mètres de haut, explique Marc Grégoire, consultant en foresterie urbaine depuis près de trente ans.

L’expert de l’arboriculture souligne que depuis deux ou trois ans, les changements climatiques font la vie dure à ces arbres majestueux, qu’on trouve à Montréal, mais aussi dans d’autres municipalités du sud du Québec.

« Il y a beaucoup de sécheresses, et le peuplier deltoïde aime l’eau », explique-t-il.

Selon lui, si l’arbre dépérit, il y a de bonnes raisons de l’abattre. « En dépérissement, il devient un danger potentiel. Le bois du peuplier se dégrade. Il y a des risques que ça tombe. Plus l’arbre est haut, plus c’est dangereux », dit-il.


Le peuplier du parc Léon-Provancher

192 centimètres de diamètre (diamètre du plus grand peuplier sur le mont Royal : 205 cm)

Âgé d’au moins 64 ans

Le peuplier deltoïde

Durée de vie moyenne : 75 ans

Hauteur moyenne : 20 à 25 mètres

Le nom « deltoïde » (triangle) provient de la forme triangulaire des feuilles

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.