/world
Navigation

Un ex-policier arrêté aux États-Unis pour ses liens avec un oligarque russe

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien haut responsable de la police fédérale américaine a été arrêté samedi aux États-Unis en raison de ses affaires troubles avec des acteurs étrangers, et notamment de l'oligarque russe Oleg Deripaska, a indiqué lundi le ministère de la Justice.

• À lire aussi: L'oligarque russe Abramovitch a transféré des biens à ses enfants pour éviter les sanctions

• À lire aussi: Saisir 26 M$ à un oligarque russe n’est pas un jeu d’enfant, disent des experts

• À lire aussi: Ottawa confisquera 26 M$ à un oligarque russe, une première

Charles McGonigal, 54 ans, dirigeait l'unité chargée du contre-espionnage au sein du bureau du FBI à New York avant de prendre sa retraite en 2018, selon un communiqué du ministère.

Arrêté ce week-end à New York, il est poursuivi dans deux dossiers distincts.

La justice fédérale new-yorkaise lui reproche d'avoir travaillé pour le fondateur du géant de l'aluminium Rusal, bien que ce dernier soit visé depuis 2018 par des sanctions américaines lui interdisant toute relation commerciale avec des Américains.

Charles McGonigal, qui avait enquêté sur des oligarques russes quand il était au FBI, est soupçonné d'avoir tenté en 2019 de faire annuler les sanctions contre M. Deripaska – sans succès –, puis d'avoir mené, en 2021, des investigations sur un de ses rivaux.

Selon l'acte d'inculpation, il aurait été payé par le biais de sociétés-écrans et aurait fait affaire par l'entremise d'un intermédiaire.

Inculpé de violation des sanctions et de blanchiment d'argent, il encourt 20 ans de prison. Il doit comparaître lundi devant un juge avec un complice présumé, un ancien diplomate russe naturalisé américain et devenu traducteur assermenté pour le système judiciaire.

Par ailleurs, Charles McGonigal est poursuivi par la justice fédérale à Washington pour avoir dissimulé, alors qu'il était encore au FBI, des paiements effectués en lien avec ses activités en Europe de l'Est.

Selon l'acte d'accusation, il a notamment reçu 225 000 dollars en liquide de la part d'un ancien agent des services secrets albanais, naturalisé américain, qu'il a accompagné pour des voyages d'affaires en Albanie et au Kosovo.

Il avait noué une relation avec le premier ministre du Kosovo, qu'il n'a jamais rendue publique, en violation de ses obligations.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.