/news/education
Navigation

Une grève de chauffeurs d’autobus pourrait priver 6000 élèves de transport scolaire

Coup d'oeil sur cet article

Plus de 6000 élèves de la région de Québec pourraient être privés d’autobus en raison d’une grève de chauffeurs d’autobus qui pourrait être déclenchée le lundi 30 janvier pour deux semaines.

Après des bris de services causés par la pénurie de main-d’œuvre au cours des derniers mois, ce sont les moyens de pression exercés par les conducteurs d’Autobus Tremblay & Paradis et d’Autobus B.R. qui pourraient donner des maux de tête à plusieurs parents dès la semaine prochaine. 

Ces entreprises assurent le transport d’élèves provenant des centres de services des Découvreurs, de la Capitale, des Navigateurs (Lévis) ainsi que de la commission scolaire anglophone Central Quebec. Leurs chauffeurs desservent environ 80 circuits d’autobus chaque jour. 

Les conducteurs, affiliés à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), réclament des augmentations de salaire et des heures de travail garanties. Leur convention collective est arrivée à échéance le 30 juin dernier. 

Une première rencontre, qui s’est déroulée dimanche dernier en présence d’un médiateur, n’a pas permis de dénouer l’impasse jusqu’à maintenant. Une autre rencontre est prévue vendredi prochain. 

«On est au pôle Sud et ils sont au pôle Nord», lance la conductrice et déléguée syndicale Hélène Thibault. 

À la Fédération des employées et employés de services publics de la CSN (FEESP-CSN), on fait valoir que les salaires versés présentement sont «nettement insuffisants» dans l'actuel contexte de l'inflation et de la pénurie de main-d’œuvre. 

«Lors de leurs récentes négociations avec le gouvernement, les transporteurs scolaires ont reçu des bonifications importantes de l’ordre de 15 à 30 % de leurs contrats, ce qui leur donne une nouvelle capacité de bien payer leurs conductrices et leurs conducteurs», a récemment indiqué Josée Dubé, présidente du secteur transport scolaire à la FEESP-CSN. 

Ces chauffeurs revendiquent par ailleurs une garantie de 25 heures de travail par semaine afin de compenser les horaires brisés lors des circuits du matin et du soir.  

Chez Autobus Tremblay & Paradis, on s’est contenté vendredi d’indiquer que la médiation se poursuivrait. «On a toujours espoir d’éviter le conflit», a affirmé Claude Tremblay, copropriétaire de l’entreprise et responsable des ressources humaines. 

Selon M. Tremblay, entre 6000 et 7000 élèves seront privés de transport scolaire si la grève est déclenchée lundi. 


Autobus B.R. est une filiale d’Autobus Tremblay & Paradis.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.