/news/politics
Navigation

Principale source d'eau potable à Québec: 60 M$ pour la protection du lac Saint-Charles

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec et les Villes injectent 60 millions $ pour la protection de la réserve d’eau du lac Saint-Charles, qui alimente 300 000 personnes. Ces sommes aideront au remplacement de 1500 installations septiques non conformes. 

L'annonce a été faite à Québec, mardi matin, en présence du maire Bruno Marchand et de plusieurs ministres. 

Une aide financière de 40 millions $ est offerte conjointement à la Ville de Québec, à la Ville de Lac-Delage et à Stoneham-et-Tewkesbury par le gouvernement «afin d'appuyer le projet de protection du lac Saint-Charles». Les trois municipalités contribuent à leur tour pour 20 millions $ supplémentaires, dont la plus grande part, non déterminée, sera assumée par la Ville de Québec.

Les sommes serviront à soutenir des interventions visant des installations septiques privées ainsi que des infrastructures vertes et pluviales, a indiqué le ministre de l'Environnement, Benoit Charette.

Le maire Marchand, aussi président de la Communauté métropolitaine de Québec, a confirmé que 1500 installations septiques datant de plus de 30 ans et situées dans le bassin versant du lac devront obligatoirement être changées d'ici cinq ans. Ce sont celles qui sont considérées comme les «plus polluantes et contaminantes», a-t-il expliqué. 

Avis aux propriétaires

Les propriétaires concernés seront avisés dans les prochains mois. Un programme d'aide financière sera mis en place. Les sommes maximales couvertes ne sont pas connues pour l'instant. Une rétroaction pour les résidents qui ont récemment changé leur installation est aussi possible.

Pour le maire de Stoneham, Sébastien Couture, cette aide est bienvenue et elle sera certainement bien accueillie par les citoyens.

«Il n'y a plus personne qui pense qu'il a un droit acquis de polluer. Les gens sont conscientisés à la qualité de leur installation septique et souhaitent faire le remplacement. Dans les dernières années, les coûts ont explosé. [...] C'est 40 000 $ par installation. C'est beaucoup de sous. Je pense qu'ils seront heureux qu'on vienne enfin les aider.»

Premier pas

Mais il souligne qu'il s'agit d'un premier pas et que d'autres montants seront nécessaires. Car dans certains cas, plutôt que de remplacer l'installation septique, il pourrait être plus durable de raccorder les résidences au réseau municipal, analyse-t-il.

La protection du lac Saint-Charles faisait partie des demandes du maire de Québec, Bruno Marchand, lors de la dernière campagne provinciale. 

Raccordement

Le maire précédent, Régis Labeaume, et ses homologues de l'époque de Stoneham et Lac-Delage, avaient quant à eux demandé en 2019 200 millions $, au total. Ils visaient le raccordement des usines de traitement du nord à celle de Québec, le raccordement de 900 installations septiques au réseau d’égout, le remplacement de 1000 autres qui ne sont plus conformes et des infrastructures vertes.

Le projet de raccordement est toujours à l'étude, ont spécifié les politiciens, mais on a voulu voir au plus urgent. «Il était prioritaire de poser des actions le plus rapidement possible pour avoir un effet sur la question de l'eau potable», a soumis Bruno Marchand. «Les discussions vont se poursuivre.» On va entre autres étudier la question des coûts et de l'impact sur l'étalement urbain.


Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.