/news/provincial
Navigation

Le maire Bruno Marchand veut un TGV entre Québec et Toronto

Coup d'oeil sur cet article

Bruno Marchand préfère un train à grande vitesse (TGV) entre Toronto et Québec plutôt qu'un train à grande fréquence (TGF) et tentera de convaincre Ottawa d'aller dans cette direction. 

• À lire aussi: Alstom propose à nouveau un TGV entre Québec et Toronto

Le maire de Québec réagissait à la sortie du géant Alstom, qui soutient que l'option à grande vitesse est beaucoup plus rentable.

Alstom a présenté à la presse française, en septembre dernier, à La Rochelle, une nouvelle génération de trains grande vitesse. Les TGV M devraient transporter leurs premiers passagers dès l’an prochain. Ils sont présentement en phase de test.
Photo AFP
Alstom a présenté à la presse française, en septembre dernier, à La Rochelle, une nouvelle génération de trains grande vitesse. Les TGV M devraient transporter leurs premiers passagers dès l’an prochain. Ils sont présentement en phase de test.

«Ça fait des mois que j'ai des discussions avec plusieurs ministres du gouvernement Trudeau [...]. Ma position, c'est un TGV, pour des raisons évidemment de capacité de transporter des gens avec une durée qui est beaucoup moindre et qui favorise un transfert modal des gens qui se déplacent dans un corridor Québec-Kingston», a affirmé M. Marchand, en marge d'une annonce, mardi matin.

Il dit avoir l'intention d'en parler également à Justin Trudeau. Selon M. Marchand, plusieurs personnes au gouvernement fédéral sont «intéressées» par un TGV, bien qu'Ottawa ait choisi le train à grande fréquence, pour des raisons «pratiques et de coûts». «Je continue ma militance.»

  • Écoutez l'entrevue avec Pierre Barrieau à l’émission de Guillaume Lavoie diffusée chaque jour en direct 13 h 35 via QUB radio : 

Jonatan Julien, ministre québécois responsable de la Capitale-Nationale, croit aussi aux avantages du train à grande vitesse. «Le TGV est intéressant par rapport aux déplacements plus rapides. Il y a des enjeux techniques par rapport à la faisabilité et il y a aussi des enjeux de coûts. Mais c'est certain que si par magie, on pouvait le faire, je trouverais ça très intéressant.»

Il dit quand même vouloir «pousser» le sujet, avec le maire Marchand.

De son côté, le chef libéral par intérim, Marc Tanguay, a commenté en marge du caucus présessionnel de son équipe, à Lac-Beauport. Il estime qu'il vaut la peine de l'étudier. 

«Je pense que c’est un projet dont on parle depuis des décennies, un train à grande vitesse dans ce corridor-là. Je pense que c’est important de mieux faire au Québec. Quand on se compare aux pays européens. C’est un projet très intéressant qu’il faut examiner avec beaucoup de sérieux. Maintenant, la faisabilité, le comment, évidemment, ça se débat.» 

  • Écoutez la chronique de Karine Gagnon à l'émission de Richard Martineau via QUB radio :

Ottawa ne parle que de TGF

Appelée à réagir, Valérie Glazer, porte-parole du ministre des Transports, Omar Alghabra, a transmis, mardi en fin de matinée, une déclaration écrite au Journal dans laquelle il est uniquement question de TGF et pas du tout de TGV.  

« Le train à grande fréquence transformera le service ferroviaire pour les voyageurs au Canada grâce à la création d’un service plus rapide, fréquent, accessible et durable dans les grands centres de Québec, Trois-Rivières, Montréal, Ottawa, Peterborough et Toronto, » a-t-elle insisté.

Cette dernière a rappelé « qu’à l’automne dernier, le ministre Alghabra a annoncé le lancement de la demande de déclaration d’intérêt sollicitant les conseils et les points de vue de l’industrie sur le projet de train à grande fréquence. Nous sommes ravis que le marché s’intéresse à ce projet et que le gouvernement ait reçu plus de 50 réponses des parties intéressées ». 

D’après elle, « la prochaine étape du processus d’approvisionnement, soit la demande de qualifications, devrait commencer dans les prochaines semaines. En décembre dernier, le ministre Alghabra a aussi annoncé l’établissement de VIA HFR — VIA TGF Inc. (VIA TGF) pour gérer l’élaboration du nouveau projet de train à grande fréquence, et les nominations des trois premiers administrateurs du conseil. Le 18 janvier dernier, le ministre Alghabra a assisté à la première réunion du conseil d’administration de VIA TGF à Montréal ». 

De son côté, Guillaume Bertrand, attaché de presse du ministre Jean-Yves Duclos, a ajouté « qu’un projet structurant entre Québec et Toronto est essentiel. Et le TGF est le bon pour Québec. Contrairement à M. Poilievre qui a refusé de s’engager à appuyer le tramway et le TGF, notre gouvernement va continuer d’être là pour travailler avec l’administration de M. Marchand ». 

-Avec la collaboration de Taïeb Moalla et de Gabriel Côté

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.