/opinion/columnists
Navigation

Après la Françafrique, la Russiafrique

Coup d'oeil sur cet article

Au Sahel, les djihadistes contrôlent de vastes étendues de la région provoquant le déplacement de millions de personnes au cours des quinze dernières années. 

Le Burkina Faso vient de mettre fin à l’accord militaire qui permettait aux troupes françaises de combattre sur son territoire les insurgés d’Al-Qaïda et de l’État islamique. 

La junte au pouvoir souhaite toujours que la France lui fournisse des équipements militaires, mais elle déclare pouvoir se défendre toute seule. On verra bien. Le Burkina Faso n’a ni confirmé ni démenti l’information qu’il aurait décidé de faire appel aux mercenaires russes du groupe Wagner.

Les troupes françaises se sont retirées du Mali voisin l’année dernière, mettant fin à une décennie de lutte contre les insurgés islamistes, après la détérioration des relations entre les deux pays. Le Burkina Faso et le Mali sont dirigés par des juntes militaires qui ont pris le pouvoir par la force au cours des deux dernières années.

Le départ de l’armée française du Mali a coïncidé avec la décision de la junte d’engager le groupe mercenaire russe Wagner avec qui elle a signé un accord lucratif. D’autres pays européens ont retiré leurs troupes, citant la collaboration du Mali avec Wagner. Le président Macron a accusé la Russie d’une influence « prédatrice » dans les pays africains en difficulté.

  • Écoutez la chronique de Normand Lester via QUB radio :

Des atrocités en Afrique comme en Ukraine

L’ONG Human Rights Watch accuse le groupe Wagner de crimes de guerre et de torture au Mali et en Centrafrique. Ce pays, en guerre civile depuis 2013, est au cœur de la stratégie d’influence russe en Afrique. 

La France a décidé à l’été 2021 de suspendre sa coopération militaire avec Bangui. La garde rapprochée du dictateur Faustin-Archange Touadéra est assurée par des mercenaires russes qui agissent aussi comme ses conseillers.

Touadéra a accordé au groupe la mainmise sur les ressources minières du pays dont le sous-sol regorge d’or et de diamants. 

Plusieurs attaques sanglantes, ces trois derniers mois, ont été signalées dans des mines artisanales du nord-est du pays où des dizaines de civils ont été tués. Dans le pays voisin, le Soudan, le groupe Wagner assure la protection du régime en échange d’un accès privilégié à l’exploitation aurifère du pays.

  • Écoutez la chronique de Normand Lester via QUB radio :

Wagner, fer de lance de la Russie

Le groupe Wagner, désigné récemment organisation terroriste internationale par les États-Unis, étend ses tentacules en Afrique. Selon le Centre d’études stratégiques et internationales de Washington, des mercenaires russes opèrent dans 18 pays africains pour y faire avancer les objectifs géopolitiques de Moscou.

Des dirigeants africains ont recours à Wagner afin d’écraser des insurrections, assurer leur protection et défendre leur régime. En échange, ils concèdent l’exploitation de ressources naturelles au groupe, avec qui ils partagent les revenus.

Passé le temps où la France était totalement chez elle en Afrique. Ses services secrets et son armée y faisaient et défaisaient les régimes. Les Russes arrivent maintenant au pas de course. Et pas seulement en Françafrique. La France et l’Occident ont d’autres chats à fouetter.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.