/news/politics
Navigation

Baisse des seuils d’immigration et fermeture du chemin Roxham: le Parti Québécois veut éviter une «montée des extrêmes»

Coup d'oeil sur cet article

Pour éviter une «montée des extrêmes» au Québec, comme c’est le cas ailleurs dans le monde, les seuils d’immigration doivent être revus à la baisse et le chemin Roxham doit être fermé, estime le Parti Québécois. 

• À lire aussi: Relations internationales: la caquiste Caroline St-Hilaire pourrait être nommée à Barcelone

• À lire aussi: Immigration: «La porte de garage est grande ouverte», dit Monsef Derraji

«Moi j’ai vécu au Danemark, j’ai vécu en Suède, je regarde la Hongrie, la France, l’Angleterre, si on fait l’erreur de ne pas trouver des modèles [d’immigration] durables, ça a des conséquences sur une partie de l’électorat qui va décider de prendre les choses d’une autre manière», prévient le chef Paul St-Pierre Plamondon, à l’aube d’une réunion de deux jours du caucus péquiste servant à préparer la rentrée parlementaire à l’Assemblée nationale.  

Selon lui, sa formation politique est la seule à la recherche d’un moyen durable de gestion de l’immigration. Le modèle de la CAQ ne met pas le Québec à l’abri des mouvements radicaux.  

Le PQ souhaite que la Belle Province n’accueille pas plus de 35 000 nouveaux arrivants chaque année. À l’heure actuelle, le seuil d’immigration est fixé à 50 000 par le gouvernement Legault.  

Les péquistes réclament aussi la fin des passages irréguliers de migrants au poste de Saint-Bernard-de-Lacolle, en Montérégie. En 2022, plus de 39 000 demandeurs d’asile ont été interceptés au chemin Roxham, un record.  

«Un modèle dans lequel le français est condamné à reculer, dans le cadre duquel on est en crise du logement exacerbée et dont certaines familles ne peuvent même pas se loger, et dans le cadre duquel on arrive plus à fournir des services à la population, va exacerber des insatisfactions», insiste le leader souverainiste.  

Dans ce contexte, pour préserver la «paix sociale» et sécuriser la population, un modèle d’immigration «équilibré» et «durable» doit être trouvé.  

«Gênant!» 

Le chef du PQ s’est aussi moqué mercredi de la plus récente sortie de la ministre québécoise de l’Immigration, Christine Fréchette, qui misait sur la venue du président américain, Joe Biden, pour que cessent les passages irréguliers au chemin Roxham. Son homologue fédéral, Sean Fraser, a aussitôt baissé les attentes.  

« Ça a pris 24 heures, 24 heures à se faire rabrouer explicitement. C’est gênant!»  

François Legault doit maintenant cesser de se «cacher» derrière Ottawa et assumer ses responsabilités, plaide-t-il. «C’est au gouvernement du Québec de lancer des ultimatums, des dates butoirs en disant: Si, à cette date-là, il n’y a rien de réglé, bien là, on va intervenir nous-mêmes».  

11 co-porte-parole 

Flanqué de ses deux seuls députés, Pascal Bérubé et Joël Arseneau, PSPP en a profité pour annoncer la nomination de onze co-porte-parole sectoriels qui auront comme mission d’apporter leur soutien et expertise aux élus en place dans des dossiers spécifiques.  

Ces nouvelles fonctions s’ajoutent à celle de l’ex-députée Méganne Perry-Melançon, qui sera le satellite du parti en dehors du Parlement.  

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.