/news/currentevents
Navigation

Écrasement d’un Cessna à Montréal: la météo défavorable et une perte de puissance du moteur en cause

Écrasement d’un Cessna à Montréal: la météo défavorable et une perte de puissance du moteur en cause
Photo d'archives Thierry Laforce

Coup d'oeil sur cet article

Les conditions météorologiques «défavorables» et une perte soudaine de puissance dans le moteur auraient contribué à l’écrasement mortel d’un avion-bannière en octobre 2021 dans le parc de Dieppe, à Montréal. 

• À lire aussi: Écrasement mortel à Montréal: ce ne serait pas une erreur du pilote

Le drame s’était produit sous les yeux de plusieurs personnes rassemblées non loin de là, sur l’île Sainte-Hélène, où se déroulait le festival de musique Osheaga.

Écrasement d’un Cessna à Montréal: la météo défavorable et une perte de puissance du moteur en cause
THIERRY LAFORCE/AGENCE QMI

Le petit appareil de type Cessna 172 tirant une banderole sur laquelle on pouvait lire «Chantal will you marry me?» s’était écrasé, avant de s’enflammer. Le pilote avait été blessé, tandis que le passager avait perdu la vie.

Dans son rapport d’enquête rendu public mercredi, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) identifie deux causes principales pouvant expliquer l’écrasement mortel de l’appareil.

«L’enquête a permis de révéler que des conditions météorologiques défavorables et une perte de puissance du moteur ont contribué à l’événement», écrit le BST dans son rapport.

Lors de la planification du vol, le BST soulève que les prévisions météorologiques indiquaient des conditions défavorables, ce qui rendait le respect des exigences minimales pour ce type de vol difficile.

«De plus, les conditions atmosphériques propices au givrage du carburateur ont fort probablement causé la formation de givre qui aurait réduit la capacité du moteur à produire suffisamment de puissance pour permettre à l’aéronef de maintenir son altitude. En raison de la quantité de givre fort probablement présente dans le carburateur lors de l’activation du réchauffage carburateur, le givre fondu a pénétré dans le moteur sous forme d’eau, ce qui a causé une perte de puissance supplémentaire», précise le BST dans son rapport d’enquête.

L’écrasement s’est produit lorsque le pilote a tenté un atterrissage d’urgence. 

Durant la manœuvre, l’appareil a fauché la cime des arbres avant de s’écraser au sol.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.