/news/society
Navigation

Première patrouille du chef de police à Montréal: Fady Dagher veut être proche de ses policiers

Fady Dagher a fait une première patrouille depuis sa nomination afin de remplacer un policier sur le terrain

GEN - EN PATROUILLE AVEC FADY DAGHER
Photo Martin Alarie Le nouveau chef de la police de Montréal Fady Dagher a enfilé mardi soir l’uniforme de patrouilleur, le temps d’une soirée.

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau chef de la police de Montréal Fady Dagher a enfilé mardi soir l’uniforme de patrouilleur et a arpenté les rues de Notre-Dame-de-Grâce, là où tout a commencé pour lui dans la police, il y a plus de 30 ans. Le Journal a pu l’accompagner alors qu’il patrouillait devant les mêmes motels qui attirent toujours des trafiquants de drogue et des proxénètes, a circulé devant un immeuble où il s’est déjà infiltré pour y acheter de la drogue comme agent double, et a même dû répondre d’urgence à un appel pour une possible tentative de meurtre.

Comment vous êtes-vous retrouvé sur la patrouille ?

En fin de quart, le chef Dagher a dû répondre à un appel qui est d’abord entré comme une tentative de meurtre. L’événement, qui s’est produit dans un logement de la rue Sherbrooke Ouest, dans Notre-Dame-de-Grâce, s’est finalement avéré moins grave.
Photo Valérie Gonthier
En fin de quart, le chef Dagher a dû répondre à un appel qui est d’abord entré comme une tentative de meurtre. L’événement, qui s’est produit dans un logement de la rue Sherbrooke Ouest, dans Notre-Dame-de-Grâce, s’est finalement avéré moins grave.

D’abord, ça s’est passé live à la télé ! [sur le plateau de Tout le monde en parle] L’humoriste Maude Landry m’a dit que son frère est policier au poste 9 et qu’il ne pouvait pas venir à la première de son spectacle parce qu’il travaille. J’ai dit : « Ah bien ! Tu peux être certaine que je vais patrouiller à sa place ! » Ce n’était pas planifié du tout. Et je le fais parce que j’aime ça. 

Quelle a été la réaction des policiers mardi soir en vous voyant ? 

Lors du passage du chef à l’émission Tout le monde en parle dimanche, l’humoriste Maude Landry a dit au policier que s’il remplaçait son frère sur la patrouille, il pourrait manger son lunch. Le frère de l’artiste, Gabriel, a bel et bien fourni un repas à son patron: un sauté aux légumes et tofu.
Photo Courtoisie
Lors du passage du chef à l’émission Tout le monde en parle dimanche, l’humoriste Maude Landry a dit au policier que s’il remplaçait son frère sur la patrouille, il pourrait manger son lunch. Le frère de l’artiste, Gabriel, a bel et bien fourni un repas à son patron: un sauté aux légumes et tofu.

Quand je suis rentré au poste, des gens étaient surpris, plusieurs n’en revenaient pas que je sois venu patrouiller. Mais plusieurs ont remarqué ça : [il montre son épaule] je ne porte aucun grade, j’ai enfilé la chemise bleue [de patrouilleur], j’ai un name tag bleu comme eux, plutôt que doré. Il y en a qui ont été émus de voir ça. « On n’en revient pas que vous soyez habillé comme nous », qu’on m’a dit. 

Pourquoi est-ce important pour vous d’aller sur le terrain ?

Fady Dagher a patrouillé dans les rues de l’arrondissement Notre-Dame-de-Grâce, là où il a débuté sa carrière de policier il y a plus de 30 ans.
Photo Valérie Gonthier
Fady Dagher a patrouillé dans les rues de l’arrondissement Notre-Dame-de-Grâce, là où il a débuté sa carrière de policier il y a plus de 30 ans.

Même quand j’étais à Longueuil [comme chef], j’y allais quelques fois par année. Je déteste patrouiller comme troisième personne en arrière. Je veux être en avant avec mon partenaire. Ça me permet de le découvrir, de l’écouter. Je me dis que si cet agent pense comme ça, il doit y en avoir plusieurs qui pensent comme lui. Ça forge mes réflexions. Être sur le terrain, être à l’écoute, ça permet de savoir des choses. Si je reste au 9e étage [du quartier général], je ne les saurai jamais, ces choses. 

Vous avez toujours dit que vous vouliez être proche de vos policiers. Pourquoi ?

Il est intervenu sur un appel qui est entré comme une tentative de meurtre, en fin de quart de travail.
Photo Valérie Gonthier
Il est intervenu sur un appel qui est entré comme une tentative de meurtre, en fin de quart de travail.

J’adore les gens de la base, c’est-à-dire ceux sur le terrain. Parce que c’est là que ça se passe, ce sont eux qui ont le vrai pouls, ce sont eux qui vont nous dire exactement ce qui se passe. J’aime mieux les stratégies du bas vers le haut. Ma base, c’est ce qu’il y a de plus important. Je veux être proche des patrouilleurs, des enquêteurs, qui travaillent jour, soir et nuit, en overtime

Vous parlez ouvertement de la difficulté du métier de policier. Pourquoi ? 

Parce qu’on est jugé rapidement pour des choses qui se passent parfois en une fraction de seconde. On est sous pression à tout moment. En plus, avec la complexité de la santé mentale, la période post-pandémie, les gens sont de moins en moins patients, plus agressifs. Et nos policiers sont constamment exposés à cette clientèle. C’est très compliqué d’être policier. C’est important que le chef le dise, le reconnaisse, l’admette. 

Le chef Fady Dagher a patrouillé en duo avec l’agente Bellavance, qui est policière depuis plus de deux ans.
Photo Martin Alarie
Le chef Fady Dagher a patrouillé en duo avec l’agente Bellavance, qui est policière depuis plus de deux ans.

Qu’allez-vous faire pour amener et garder les policiers à Montréal ?

Le recrutement va être la priorité numéro un. La rétention aussi. Mais je vais vouloir sortir des sentiers battus. Ça va demander de l’audace au niveau de la Ville et du gouvernement d’accepter ça. Je ne sais pas si on a les coudées franches, c’est pour ça que je ne veux pas en parler trop. On a prévu embaucher 310 nouveaux policiers cette année, mais si on se fie juste au bassin [de policiers qui vont sortir de Nicolet], on n’y arrivera pas.  

Comment peut-on endiguer la violence armée à Montréal ?

Il faut donner aux enquêtes plus de robustesse et plus de moyens. En plus de tout ce qui était en place, il faut en faire plus. J’ai consulté mes troupes, on y travaille. L’événement qui s’est produit dimanche dans Rosemont [un homme en crise qui a ouvert le feu vers deux patrouilleurs], je suis allé sur le terrain. L’arme qui a été saisie, c’était une mitraillette. Je suis habitué à saisir cette sorte d’arme, mais auprès du crime organisé. Là, ça s’est retrouvé entre les mains de quelqu’un qui a des problèmes de santé mentale, ce n’est pas normal. 

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.