/news/politics
Navigation

La nomination potentielle de Caroline St-Hilaire comme déléguée à Barcelone dérange

La candidate-vedette caquiste défaite lors des plus récentes élections provinciales dans Sherbrooke, Caroline St-Hilaire.
Photo d'archives, AGENCE QMI (ANDRÉANNE LEMIRE) La candidate-vedette caquiste défaite lors des plus récentes élections provinciales dans Sherbrooke, Caroline St-Hilaire.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault envisage sérieusement de nommer la candidate-vedette caquiste défaite dans Sherbrooke, Caroline St-Hilaire, à un poste de déléguée du Québec à Barcelone, une possible nomination aussitôt dénoncée par les partis d’opposition.  

• À lire aussi: Labrie résiste à St-Hilaire dans Sherbrooke

Sa nomination par le Conseil des ministres pourrait être officialisée dans les prochains jours, selon une de nos sources.  

Au cabinet du premier ministre, on refuse de confirmer l’information, sans toutefois la nier.  

Contactée par notre Bureau parlementaire, la principale intéressée a fait de même, sans commenter davantage. «J’ai eu beaucoup de discussions avec beaucoup de gens depuis l’élection... Pour l’instant, je n’ai rien à confirmer ou infirmer», a indiqué Mme St-Hilaire, dans un texto.  

  • Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

Rien d’officiel

Le poste de déléguée du Bureau du Québec à Barcelone était occupé jusqu’en octobre dernier par Isabelle Dessureault, qui est depuis devenue cheffe de poste aux États-Unis pour le ministère des Relations internationales du Québec.  

L’intérim est assuré depuis quatre mois par l’actuel directeur et chef de poste désigné du Bureau du Québec à Barcelone, Maël Solen Picard.  

Dans l’entourage du premier ministre, on assure qu’il n’y a encore rien de définitif ni d’officiel quant à la personne qui pourrait être nommée dans la capitale de la Catalogne. Des discussions seraient toujours en cours et plusieurs possibilités sont sur la table, nous dit-on. 

L’ancienne mairesse de Longueuil et ex-députée bloquiste, qui avait abandonné son rôle d’analyste politique à La Joute en décembre 2021 pour se joindre à un cabinet de relations publiques, a tenté, mais sans succès, de se faire élire dans Sherbrooke sous la bannière caquiste, le 3 octobre dernier.  

Alors que plusieurs s’attendaient à une lutte serrée, la députée solidaire Christine Labrie a finalement été réélue avec près de 2500 votes d’avance sur Mme St-Hilaire.  

Nominations partisanes

Lors du précédent mandat de la CAQ, c’est plutôt le conjoint de Mme St-Hilaire, Maka Kotto, qui avait fait les manchettes en raison des pressions effectuées par la ministre de la Culture de l’époque, Nathalie Roy. Elle voyait l’ex-élu bloquiste et ex-ministre péquiste au poste de directeur général du Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec, mais la nomination de celui qui est aussi chroniqueur au Journal ne s’est finalement jamais concrétisée et le processus a dû être repris une deuxième fois.  

Les partis d’opposition avaient alors dénoncé ce qu’ils estimaient être un autre cas de nomination partisane, alors que François Legault, avant de devenir premier ministre en 2018, avait souvent répété qu’avec la CAQ, ce serait fini les «petits amis» nommés par le parti au pouvoir.  

Depuis, une dizaine de personnes proches de la CAQ, des employés politiques et d’anciens candidats, entre autres, ont été nommés par le gouvernement Legault à des postes clés.  

L’automne dernier, une autre candidate d’envergure défaite le 3 octobre, Audrey Murray (Maurice–Richard) a accédé à un poste de sous-ministre au Tourisme. L’ex-maire des Îles-de-la-Madeleine et candidat caquiste défait dans la même région, Jonathan Lapierre, est aussi devenu chef de cabinet aux Affaires municipales. 

Au gouvernement, on se défend en assurant que toutes les nominations sont d’abord basées sur la compétence. «C'est le critère numéro 1», a-t-on assuré à notre Bureau parlementaire. 

Le PLQ suspecte «un deal»

L’opposition libérale, dont les députés sont réunis en caucus à Lac-Beauport, n’a pas tardé à réagir à la nouvelle. 

«Est-ce que ça faisait partie du deal, avant de se lancer en politique comme candidate avec la CAQ, que si jamais ça ne marchait pas à Sherbrooke en tant que députée, par la suite ministre, il allait y avoir un prix de consolation et être nommée quelque part», a demandé le député libéral Monsef Derraji. 

«Ce que je dois aujourd’hui rappeler à M. Legault est de ne pas renier ses promesses. M. Legault avait promis aux Québécois que c’était fini, les nominations partisanes. Donc, il doit juste suivre ses principes», a-t-il ajouté. 

«Peut-on se fier à la parole de F. Legault», a plus tard soulevé, sur Twitter, le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon, en rappelant d’autres nominations partisanes, dont Catherine Loubier à New York en 2019 et Marie Grégoire comme PDG de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, en 2021.

Cynisme

De son côté, le député péquiste Pascal Bérubé a rappelé que la CAQ a failli à son engagement de déposer un projet de loi pour mettre fin aux nominations partisanes dans les hautes sphères de l’État. 

Selon lui, si Caroline St-Hilaire n’avait pas porté les couleurs caquistes aux dernières élections, on ne lui aurait jamais proposé le poste de déléguée du Québec à Barcelone. 

«[François Legault] procède à des nominations partisanes pour caser notamment ses anciens candidats, et dans le cas de Caroline St-Hilaire, c’est une nomination qui est partisane, a-t-il raillé. Il n’est pas différent du PLQ!»

«François Legault pourrait donner le cours Cynisme 101», a plus tard réagi le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois. 

«Dans le dossier du mode de scrutin, il a fait comme Justin Trudeau: il a brisé sa promesse. Dans le cas de Caroline St-Hilaire, il fait comme Jean Charest: une nomination en cadeau à une amie du parti. C’est la confiance des gens envers nos institutions qui en ressort affaiblie», regrette M. Nadeau-Dubois.

- Avec la collaboration de Rémi Nadeau, Geneviève Lajoie et Gabriel Côté, Agence QMI

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.