/sports/hockey/canadiens
Navigation

Cole Caufield sera remis à temps pour la prochaine saison du CH

«Il sera une menace à l’avenir, ça, c’est sûr!» affirme le chirurgien qui l’a opéré à l’épaule

Coup d'oeil sur cet article

Le chirurgien de Cole Caufield tient à rassurer les fervents admirateurs du Canadien. «Si tout se passe comme prévu avec sa guérison, on s’attend à ce qu’il soit entièrement prêt pour la prochaine saison», affirme le docteur Peter J. Millett.

«L’intervention a été exécutée sans faille. Il n’y a eu aucune préoccupation», s’est réjoui en entrevue au TVASports.ca le réputé chirurgien de la clinique Steadman, au Colorado. 

Caufield est passé sous le bistouri du Dr Millett le 2 février dernier, soit 12 jours après que le Canadien eut annoncé que la saison du petit numéro 22 était terminée.

Photo tirée de Twitter

La procédure chirurgicale qu’a subie l’attaquant visait à réparer les dégâts subis par son épaule droite après une dislocation et deux cas d’«instabilité», c’est-à-dire une impression que l’épaule va de nouveau se luxer, a précisé le chirurgien. 

 C’est une procédure appelée «Latarjet» qui a été effectuée afin de soigner Caufield. 

Celle-ci consiste à déplacer un morceau d’os avec un tendon attaché à l’avant de l’épaule afin de stabiliser et renforcer l’articulation, puis d’éviter qu’elle ne se disloque de nouveau.

Une chirurgie nécessaire

Et non, même si Caufield «ne voulait pas d’une intervention», selon le Dr Millett, il était nécessaire pour la suite de sa carrière qu’il soit opéré. 

«Il voulait continuer à jouer, a pointé le médecin, et nous avons discuté des risques associés à cela, puis de ce qui était mieux pour lui à long terme.»

TVASports.ca

Caufield n’est évidemment pas le seul athlète à vouloir éviter la table d’opération. Il arrive fréquemment que les spécialistes doivent insister sur les dangers d’une telle obstination.

«Le risque général pour n’importe quel joueur aux prises avec une telle blessure, c’est qu’il encaisse un coup, que ça cause des dommages additionnels à son corps et que ce soit nuisible à sa carrière à long terme», a expliqué le Dr Millett.

«Pour avoir traité plusieurs athlètes, je peux vous dire que, de façon générale, ils ne veulent pas quitter l’entourage de leur équipe, a-t-il poursuivi. Dans la plupart des cas, ils veulent soutenir leurs coéquipiers et faire leur boulot.» 

Plus de mal...

Caufield avait d’ailleurs dit aux journalistes, après l’annonce de son absence prolongée, qu’il aurait continué à jouer si le Canadien avait été dans la course aux séries éliminatoires.

Mais par chance pour le numéro 22, Montréal ne s’y trouvait pas, ce qui a facilité sa décision... et du même coup, amenuisé les risques qu’il n’aggrave sa blessure. 

«Parfois, c’est à nous les médecins de leur dire que ce n’est pas dans leur intérêt de continuer, car ils se font plus de mal que de bien en jouant blessé», a mentionné le chirurgien. 

«L’épaule [de Caufield] n’allait pas se stabiliser avec une rééducation ou en la reposant», a-t-il aussi clarifié. 

« Il sera une menace »

Et s’il peut déjà dire que Caufield sera prêt à temps pour la prochaine campagne, si tout se passe comme prévu bien sûr, le Dr Millett avait une autre bonne nouvelle pour les partisans du Canadien. 

Ses patients qui ont subi des procédures Latarjet n’ont pas eu de mal à retrouver la forme.

Même que la forte majorité des athlètes, dont ceux de la LNH (voir ci-contre) et la NFL, sont revenus au jeu «au même niveau ou à un niveau supérieur», selon ses dires.

«Il ne ressent aucune douleur et sa rééducation se passe bien. Il travaille fort. Il sera une menace à l’avenir, ça, c’est sûr!» a-t-il lancé.

S’il le pouvait, Cole Caufield serait déjà sur la glace

S’il n’en tenait qu’a lui, Cole Caufield serait déjà de retour sur la patinoire.

Photo d'archives, Martin Chevalier

«Je le retiens un peu!» a lancé en entrevue au TVASports.ca le docteur Peter J. Millett, qui a pratiqué l’intervention chirurgicale visant à guérir l’épaule droite de l’attaquant du Canadien. 

L’enthousiasme du numéro 22 est bien connu. Une semaine après que son équipe a annoncé que la saison du buteur était terminée, Caufield a raconté d’un ton humoristique aux journalistes que les préposés à l’équipement lui avaient retiré ses bâtons. 

Manifestement, ils ne sont pas les seuls à devoir freiner ses élans. Le Dr Millett doit aussi se mettre de la partie. 

Une épaule plus forte

Mais ce dernier a vu neiger. Caufield n’est pas son premier patient de renom. 

En mars 2020, lorsqu’il portait l’uniforme des Blue Jackets de Columbus, Josh Anderson a également fait appel au service du spécialiste, pour réparer une déchirure postérieure du labrum de son épaule gauche. 

Photo d'archives, Martin Chevalier

Lorsqu’il a réagi à l’annonce concernant Caufield devant les membres de la presse sportive, il venait de lui raconter que son épaule gauche semblait plus forte que celle qui était en santé avant de passer sous le bistouri. 

Une déclaration qui fait sourire celui qui a pratiqué la chirurgie.

«Je me réjouis qu’il sente que l’épaule que j’ai réparée est plus performante que l’autre ! a souligné le chirurgien. Je n’ai pas évalué [la droite], donc je ne peux commenter son propos. Je peux spéculer sur les causes et il peut y avoir une variété de facteurs.»

Tarasenko et les séries

À l’été 2021, l’attaquant des Blues, Vladimir Tarasenko, a également consulté la clinique Steadman après avoir subi deux interventions précédentes. 

Photo d'archives, AFP

Le chirurgien ressent beaucoup de fierté à raconter son histoire. 

«Il avait de la difficulté à performer au niveau qu’il souhaitait atteindre. J’ai pratiqué une chirurgie de révision. Lorsqu’il est revenu au jeu, il a vécu une saison fantastique. Il a guidé les Blues en séries et c’était une récompense pour lui.»

Il ne reste plus qu’à voir si ce sera la même chose pour Caufield. 

- Avec Le Journal

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.