/lifestyle/books
Publicité

Philippe Falardeau: ses lectures sous le feu des projecteurs

ART-PHILIPPE-FALARDEAU
Photo Agence QMI, Joël Lemay


Le réalisateur et scénariste Philippe Falardeau vient de nous offrir la troublante série documentaire Lac-Mégantic : ceci n’est pas un accident. Ce n’est donc pas tout à fait par accident qu’on a tenu à connaître ses grands favoris côté livres.


Au cours de ces dernières semaines, quel livre vous a permis de passer un excellent moment ?

ART-PHILIPPE-FALARDEAU
Photo fournie par les éditions Leméac

La banalité d’un tir de Mali Navia. Ce roman autobiographique est resté longtemps sur mes tablettes. Mais là, je l’ai lu et je l’ai trouvé très touchant. Il raconte l’enfance et l’adolescence dans une famille dont la mère est québécoise et le père, colombien. C’est une voix étonnante qui mélange candeur et gravité et qui m’a arraché des larmes à la fin.


Est-ce qu’il y en a un autre dont vous aimeriez parler ?

ART-PHILIPPE-FALARDEAU
Photo fournie par les éditions du Sous-sol

Oui, Jours barbares de William Finnegan. Là aussi, il s’agit d’un récit auto-biographique. Cette fois, ça parle d’un surfeur qui fait le tour de la planète pour trouver une espèce d’osmose parfaite avec l’océan, mais qui cherche en fait sa place dans le monde. Il finira par devenir reporter de guerre pour le New Yorker. J’ajoute qu’il n’est pas nécessaire d’être surfeur pour aimer ce livre parce qu’il est fascinant, hypnotisant.

J’aimerais aussi parler de Deborah Levy, que j’adore. Son triptyque Autobiographie en mouvement est vraiment très agréable à lire. C’est le récit drôle, singulier d’une écrivaine juive née en Afrique du Sud et qui refait sa vie en Angleterre.


Dans quoi comptez-vous absolument vous plonger sous peu ?

ART-PHILIPPE-FALARDEAU
Photo fournie par les Éditions Le Quartanier

J’ai acheté récemment Correspondance d’Albert Camus et Maria Casarès. Je n’ai jamais été ben bon pour écrire des lettres d’amour et je me suis dit que ces deux-là allaient peut-être parfaire mon éducation !


De tous les romans que vous avez lus au fil des ans, lesquels considérez-vous comme de véritables chefs-d’œuvre ?

ART-PHILIPPE-FALARDEAU
Photo fournie par les éditions Points

Je me méfie du mot « chef-d’œuvre ». Et en plus, mes réponses pourraient très bien ne pas être les mêmes d’une semaine à l’autre. On va donc y aller avec mes réponses de cette semaine :

  • Belle du Seigneur d’Albert Cohen. Une fresque qui m’a appris que la littérature pouvait être autre chose qu’une intrigue. 
  • Les deux tomes de Sinouhé l’Égyptien du Finlandais Mika Waltari. J’ai lu ça il y a longtemps et j’en conserve le souvenir d’un roman historique très bien documenté, parfois cruel, parfois drôle, qui se passe au cours du règne du roi hérétique Akhénaton.
  • Le dernier été en ville de Gianfranco Calligarich. Ça se passe à Rome dans les années 1960. Les amateurs d’histoires pleines de rebondissements où on se demande sans cesse : « mais que va-t-il se passer ? » risquent d’être déçus. Mais pour moi, waouh ! Errance, quête d’amour, mélancolie, fin tragique. La totale.
  • Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez. Je sais, ce n’est pas très original comme choix. Mais quand c’est bon, c’est bon ! 

Quel livre a été pour vous plus marquant que tout autre ? 

ART-PHILIPPE-FALARDEAU
Photo fournie par les éditions Folio

Je dirais que c’est La force des choses de Simone de Beauvoir, qui a été écrit en temps de guerre. J’ai lu ce journal juste avant la pandémie et ça m’a aidé parce qu’il m’a permis de relativiser ce qu’on traversait. J’adore les quatre volumes de ses mémoires : Beauvoir avait un don incroyable pour témoigner de tout.


Vous avez un bon polar à recommander ? 

ART-PHILIPPE-FALARDEAU
Photo fournie par les éditions Boréal

Je ne lis pas de polars. Le « que va-t-il se passer » m’ennuie aussi bien dans les livres que dans les films, car tout peut arriver et son contraire. Alors, je vais y aller avec une autobiographie. Celle d’André Agassi, qui s’intitule Open. Le gars détestait la compétition de tennis et malgré tout, il est devenu numéro un. C’est drôle, touchant, étonnant. Et en plus, c’est très bien écrit.


Dans votre bibliothèque, quel livre semble avoir le plus de vécu ? 

C’est pas moi, je le jure ! de Bruno Hébert. Il fait partie des objets précieux de ma bibliothèque. Ma copie est toute pliée et honnêtement, je pense qu’il y a plus de notes dans la marge que de texte ! Quand ce livre est sorti, j’ai voulu en faire un film. Mais à l’époque, les droits avaient déjà été achetés par un autre. Il a donc fallu que j’attende près de 10 ans avant de pouvoir le faire, quand le livre est revenu sur le marché...


Que lisez-vous en ce moment ? 

Je lis en boucle Mille secrets mille dangers d’Alain Farah, adaptation oblige. Et il commence à avoir autant de notes dans la marge que C’est pas moi, je le jure ! Je suis rendu à peu près à ma septième lecture. Je le relis encore pour voir si une dimension m’a échappé. Alain a accepté de travailler avec moi, on fait ensemble de la coécriture, et il m’encourage à aller vers quelque chose de personnel. 







Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.