/news/currentevents
Navigation

À la suite de la tuerie de Christchurch: les policiers plus présents près des mosquées

À la suite de la tuerie de Christchurch: les policiers plus présents près des mosquées
PHOTO MARTIN ALARIE

Coup d'oeil sur cet article

 MONTRÉAL – Les services policiers des villes de Montréal, Longueuil et Québec ont accru leur présence aux abords de plusieurs mosquées à l’occasion de la prière du vendredi, après les attentats meurtriers de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. 

 En plus des mosquées, tous les lieux de culte ont obtenu une attention particulière, vendredi, à Montréal. 

 «Quand survient un événement de ce genre, au Québec, au Canada ou ailleurs dans le monde, il y a une attention spéciale qui est portée aux lieux de culte de notre territoire», a dit l’agent Raphaël Bergeron, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), en spécifiant que les mosquées ne sont pas les seuls lieux de culte où «nous avons plus de patrouilles aujourd'hui». 

 «Les policiers passent plus régulièrement, question de rassurer les gens et d’amener un sentiment de sécurité», a ajouté M. Bergeron. 

 De son côté, le Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL) a indiqué sur les médias sociaux qu’il «assurera une présence accrue près des différents lieux de rassemblements et centres communautaires musulmans sur son territoire» ce vendredi. 

 «Cette présence s’effectuera dans un but préventif, afin de procurer un sentiment de sécurité aux fidèles. Aucune menace et aucun incident en lien avec cette tragédie n’a été signalé sur notre territoire», a ajouté le service des communications du SPAL. 

 Dans la Vieille Capitale, qui est encore marquée par la fusillade perpétrée par Alexandre Bissonnette à la grande mosquée de Québec, en janvier 2017, la présence policière a également été accrue. 

 «Avec ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande, on accroît notre vigilance en portant une attention particulière autour des mosquées, on augmente notre présence», a dit la porte-parole du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), Cyndi Paré. 

 «On veut aussi rassurer les gens, nous n’avons pas eu de menace, tout ce qu’on veut, c’est être plus visibles.»