/opinion/blogs/columnists
Navigation

Au delà de la loi 21...

Bordel informatique, réforme de mode de scrutin, nominations partisanes... des dossiers plus sombres pour la CAQ!

Au delà de la loi 21...
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Fallait s’y en attendre, le projet de loi 21, maintenant la loi 21, a retenu l’essentiel de l’attention politique au Québec. Qu’en est-il du reste? Quel bilan faire de la première session parlementaire du gouvernement Legault? Voici quelques amères déceptions... 

Le « Bordel informatique »  

On se souviendra des esclandres du député Éric Caire (et de son chef François Legault) concernant ce que l’on appelle dorénavant le « bordel informatique ».  

En mai 2018, en période pré-électorale, le chef de la CAQ avait promis de « faire le ménage dans le bordel informatique pour sauver 800 millions de dollars par année ».  

On doit admettre qu’une fois au pouvoir, la CAQ s’est dégonflée dans ce dossier. Le torse bombé a fait place à cet habituel sentiment d’impuissance devant la tâche colossale à accomplir.  

 

Au delà de la loi 21...
Le Journal de Québec

Récemment, l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) a dressé un portrait inquiétant de l’action du nouveau gouvernement dans ce dossier :  

« On apprenait cependant en décembre dernier que maintenant qu’elle forme le gouvernement, la CAQ n’a plus l’intention de mener une enquête publique sur cette question, comme l’avait pourtant exigé M. Caire à plusieurs reprises lorsque son parti était dans l’opposition. Le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale a plutôt commencé à s’en prendre aux fonctionnaires du gouvernement, qui seraient selon lui à l’origine des dérives qui ont coûté cher au Trésor public. Plus récemment, des révélations du Journal de Québec concernant le fait que des firmes informatiques trafiquaient les CV de leurs employés pour les rendre conformes aux appels d’offres du gouvernement pour des contrats en technologie de l’information n’ont pas fait changer d’idée le député de La Peltrie. 

Pire encore, Éric Caire annonce maintenant que « Plutôt que d’héberger ses propres données, Québec va les confier à hauteur de plus de 80 % à des entreprises spécialisées qui exploitent des serveurs. Les ministères et organismes y auront accès grâce à l’infonuagique. » Québec fera ainsi passer le nombre de centres de traitement informatique géré par le public de 457 à... deux. Ce sont les Amazon, Google et autres compagnies du secteur qui prendront majoritairement le relais . Le gouvernement espère ainsi dégager des économies de l’ordre de 100 millions de dollars grâce à cette sous-traitance. 

Dans l’état actuel des choses, il n’est pas exagéré de qualifier cette décision d’absurde, voire d’irresponsable. La décision annoncée rendra le gouvernement encore plus dépendant envers des firmes externes, alors que la plus grande efficacité de ce modèle n'a pas été démontrée. S’il souhaite mieux contrôler les coûts des projets informatiques, il doit pourtant rebâtir l’expertise interne, et non l’affaiblir davantage. Le projet de sous-traitance des serveurs informatiques est d’autant plus inquiétant qu’il s’agit de confier des données sensibles à des entreprises privées. » 

La conclusion de l’IRIS a de quoi faire réfléchir, notamment quand on compare ce que livre ce gouvernement par rapport à ses promesses d’une meilleure gestion, plus profitable pour la population québécoise :  

« Tout indique en somme que le gouvernement caquiste fait preuve d’aveuglement idéologique en privilégiant cette voie ; or, son obsession pour la réduction des dépenses risque, paradoxalement, d’être fort coûteuse pour l’ensemble de la population québécoise. » 

 

La deputee du PQ Veronique Hivon, Benoit Charette de la CAQ, Manon Masse de Quebec Solidaire, Sol Zanetti de Option Nationale, Alex Tyrrell du Parti Vert et Jean Sebastien Dufresne du Mouvement democratie nouvelle (au micro) font front commun afin de reformer le mode de scrutin, mercredi le 7 Decembre 2016 au Parlement de Quebec.
SIMON CLARK/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI
Simon Clark/Agence QMI
La deputee du PQ Veronique Hivon, Benoit Charette de la CAQ, Manon Masse de Quebec Solidaire, Sol Zanetti de Option Nationale, Alex Tyrrell du Parti Vert et Jean Sebastien Dufresne du Mouvement democratie nouvelle (au micro) font front commun afin de reformer le mode de scrutin, mercredi le 7 Decembre 2016 au Parlement de Quebec. SIMON CLARK/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Réforme du mode de scrutin 

On le sait, la CAQ a promis de changer le mode de scrutin. « On ne fera pas comme Justin Trudeau! » clamait-il en campagne électorale il y a quelques mois. Et pourtant, lors du dernier congrès de la CAQ le 6 juin dernier, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il y a eu une grosse poche de sable dans l’engrenage de la réalisation de cette promesse. 

Ce n’est plus un secret, la réforme du mode de scrutin divise les élus caquistes . François Legault s’était engagé à ne pas tenir de référendum sur cette question, rappelant qu’il y avait eu entente entre trois des quatre partis à l’Assemblée nationale.  

Or, le défi est double pour le premier ministre : d’une part, certains élus ont clairement indiqué leur préférence pour la tenue d’un référendum sur cette question. C’est le cas de la députée Nancy Guillemette de Roberval; d’autre part, les députés Marie-Louise Tardif (Laviolette-Saint-Maurice) et Éric Girard (Lac Saint-Jean) ont refroidi les ardeurs de ceux qui attendent impatiemment cette réforme en insistant sur le fait que celle-ci « ne fait pas partie des priorités de leurs électeurs ».   

En klingon politique, cela se traduit par « on ne veut rien savoir de cette réforme du mode de scrutin ».  

Pour l’instant, Legault continue de permettre un projet de loi en ce sens avant le 1er octobre prochain afin de respecter son engagement électoral. Mais bien des observateurs – et j’en suis - doutent fortement que l’élection d’octobre dernier ait été la dernière selon le mode de scrutin actuel... 

Annonce concernant Investissement Quebec fait par le Ministre de l Economie Pierre Fitzgibbon, accompagne de la Ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, de la Ministre deleguee au developpement economique regional, Marie Eve Proulx et du PDG d investissement Quebec, Guy LeBlanc, mercredi 12 juin 2019 chez l entreprise APN a Quebec. Ici, Guy Leblanc et Pierre Fitzgibbon.
SIMON CLARK/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI
Simon Clark/Agence QMI
Annonce concernant Investissement Quebec fait par le Ministre de l Economie Pierre Fitzgibbon, accompagne de la Ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, de la Ministre deleguee au developpement economique regional, Marie Eve Proulx et du PDG d investissement Quebec, Guy LeBlanc, mercredi 12 juin 2019 chez l entreprise APN a Quebec. Ici, Guy Leblanc et Pierre Fitzgibbon. SIMON CLARK/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Les vieilles méthodes... 

Le 2 juin 2018, François Legault annonce que sous un gouvernement de la CAQ... « Les nominations partisanes et les petits amis, ce sera terminé ». Finies les vieilles méthodes des « vieux partis ». On connaît la rengaine. 

Pourtant, quelques semaines seulement après avoir été élu, déjà François Legault se trouvait dans l’eau chaude en lien avec la nomination d’une de ses ex-employées de cabinet, Catherine Loubier à un prestigieux poste de déléguée à New York.  

La ministre des Relations internationales Nadine Girault a d’abord admis que cette nomination était politique avant que le PM Legault lui-même s’en défende le lendemain.  

Mais là où ça devient franchement gênant, c’est dans l’affaire de la nomination par le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon d’un ami personnel et partenaire d’affaires, un certain Guy Leblanc. Et pas n’importe où... nouveau patron d’Investissement Québec! Rien de moins.  

Le bureau d’enquête du Journal a révélé l’affaire :  

« ... notre Bureau d’enquête révélait que le nouveau PDG d’Investissement Québec est un ami personnel et partenaire d’affaires du ministre Fitzgibbon. De plus, en raison du nouveau mandat d’IQ, le salaire de Guy Leblanc a été bonifié de 50 % par rapport à celui de son prédécesseur. » 

Le ministre Fitzgibbon a pesté devant les journalistes en avril dernier, courroucé de la couverture médiatique et de l’ampleur que prenait la chose:  

« M. Fitzgibbon assure toutefois qu’il ne compte pas quitter ses fonctions d’ici peu, soulignant avoir affronté d’autres «tempêtes» dans sa vie professionnelle. Mais les reportages à son sujet «doivent cesser». «À un certain moment, j’ai autre chose à faire que cela», a-t-il déclaré en anglais. » 

Voilà qui n’est pas sans rappeler le « Ça suffit! Ça suffit! » de Philippe Couillard, lui aussi, courroucé que les journalistes le questionnent sur l’affaire Amorfix ...