/qubradio
Navigation

[BALADO] Gerald Bull en savait trop et ne pouvait rien dire

[BALADO] Gerald Bull en savait trop et ne pouvait rien dire
PHOTO D'ARCHIVES, LLOYD BLACKMAN/MONTREAL STAR

Coup d'oeil sur cet article

Dans mon nouveau balado, le cinquième de la saison 2 sur QUB radio, on découvre comment Gerald Bull a dû se lancer sur le marché des armes pour financer son rêve d'utiliser un canon pour la recherche spatiale. Ses clients potentiels s'intéressent moins à ses supercanons à la Jules Verne qu'à des canons utilisables sur des champs de bataille.

Le maître de la science balistique au XXe siècle réunit à Highwater, en Estrie, une équipe de scientifiques et d'ingénieurs qui sera à l'origine de pratiquement toutes les innovations importantes dans le domaine de l'artillerie lourde après la Seconde Guerre mondiale.

Le Pentagone veut appliquer ces innovations à ses obus nucléaires. Pour qu’il puisse être initié aux secrets atomiques des États-Unis, Gerald Bull se voit accorder la citoyenneté américaine par une loi du Congrès. 

Pourtant, en 1980, il est jugé et condamné à six mois de prison aux États-Unis pour avoir fourni secrètement des obus au régime d’apartheid d’Afrique du Sud... alors que c’est la CIA qui lui avait demandé de le faire.  Avant d’être assassiné à Bruxelles, il avait découvert que l’armée sud-africaine était équipée de chars Centurion canadiens.

  • ÉCOUTEZ le nouveau balado de Normand Lester

 

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions