/opinion/blogs/columnists
Navigation

Bye Bye Érable Week

Se plaindre, c'est payant

Bye Bye Érable Week

Coup d'oeil sur cet article

Bon. Hier j'ai fait une petite montée de lait pour dénoncer le fait qu'en Beauce, débute aujourd'hui l'Érable Week.       

Je trouve bien sûr ridicule, déplorable, lamentable, désolant, affligeant qu'en plein coeur du Québec, province francophone, on manque tellement de vocabulaire qu'on doive utiliser un mot anglais pour désigner un événement de mise en valeur du terroir . Destination Beauce encourageait tout le monde à utiliser sur les médias sociaux le mot-clic #érableweek.   

Coup de théâtre. Depuis ce matin, Destination Beauce a changé le nom de l'événement. C'est maintenant Semaine de l'érable.     

  

Malgré de nombreux appels, je n'ai réussi à parler à personne de Destination Beauce (ou alors ils ont décroché le téléphone et l'internet pour ne pas avoir à répondre aux questions des vilains journalistes).     

On a demandé à 10 restaurateurs de mettre les produits de l'érable à l'honneur et on a choisi des ambassadeurs (Maxime Bernier, Marto Napoli, Samuel Poulin) pour mousser l'initiative. Après leur expérience Érable Week, les visiteurs doivent voter pour le meilleur plat.     

Voici d'ailleurs comment Marto Napoli vantait en février les mérites de l'Érable week: "Watch out! L'Érable WEEK s'en vient! C'est NEW et ça va se passer dans 12 super restaurants sucrés dans ma Beauce natale! Du 11 au 17 mars, ça va être ÉRABLE POWER!#ErableWeek #Beauce #PopSugar"   

Maudit qu'on est fier de parler français au Québec !   

Heureusement, cette histoire prouve que quand on se plaint, quand on brasse la cage, quand on se tient debout, ça fonctionne: on obtient réparation.