/entertainment/music
Navigation

Déclin record pour les ventes de musique

Coup d'oeil sur cet article

Les ventes de musique au Québec poursuivent leur déclin. Elles ont franchi un seuil record en 2018 sous la barre des 5 millions d’enregistrements vendus, une première depuis 2004. Il s'agit d'une baisse de 16,2 % par rapport à 2017.

Selon les données Nielsen publiées par l’Observatoire de la culture et des communications (OCCQ) lundi matin, il s’est vendu 4 715 100 enregistrements sonores l’an passé. Les ventes d’albums physiques et numériques, ainsi que les pistes numériques téléchargées, ont tous chuté de manière importante. 

Il s’agit des plus basses ventes depuis que l’OCCQ a commencé à compiler les ventes d’albums, en 2004. Cette année-là, les ventes se chiffraient à plus de 13,6 millions, et sont en chute libre depuis.   

200 millions pour Spotify

Pendant ce temps, les plateformes d’écoute en ligne continuent de gagner du terrain. Le magazine Billboard rapportait il y a quelques jours que Spotify a atteint les 200 millions d’utilisateurs actifs en 2018. De ce chiffre, il n’y en aurait que la moitié qui paient pour le service. 

Par ailleurs, aux États-Unis, les ventes de vinyles ont également augmenté de l’ordre de 15 % cette année, toujours selon Billboard. 

Les vinyles sont en augmentation constante depuis 13 ans. Le plus vendu en 2018 de l’autre côté de la frontière est la trame sonore Guardians of the Galaxy: Awesome Mix Vol. 1, qui s’est écoulé à 84 000 exemplaires, suivi par Thriller, de Michael Jackson, et Rumours, de Fleetwood Mac.  

Les Beatles sont quant à eux les meilleurs vendeurs de vinyles aux États-Unis l’an passé, avec 321 000 exemplaires vendus d’un des albums du Fab Four.  

Au Québec, les ventes de vinyles sont comptabilisées avec les disques compacts dans la catégorie album physique.