/world/usa
Navigation

États-Unis: un Américain reconnaît le meurtre d’une étudiante chinoise

États-Unis: un Américain reconnaît le meurtre d’une étudiante chinoise
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien étudiant américain a reconnu mercredi avoir enlevé et tué une Chinoise qui était en échange universitaire près de Chicago en 2017, au premier jour de son procès où il encourt la peine de mort.  

« Brendt Christensen est responsable de la mort de Yingying Zhang », a déclaré George Taseff, avocat de la défense, en donnant des détails sur le crime lors de l’ouverture des débats, selon les médias locaux.  

L’accusé, âgé de 29 ans, plaidait jusque-là non coupable.  

Le bureau du procureur fédéral a demandé le châtiment suprême compte tenu des tortures subies par la victime. Le corps de la jeune universitaire, disparue en juin 2017 à 26 ans, n’a jamais été retrouvé.  

L’accusation a expliqué mercredi que le jeune homme avait enlevé sa victime près du campus de l’université de l’Illinois à Champaign, petite ville rurale du Midwest. Elle a été vue vivante pour la dernière fois entrant dans la voiture de l’accusé, qui travaillait également sur le campus.  

Brendt Christensen l’a ensuite emmenée dans son appartement où il l’a violée, puis tuée avant de la décapiter et de cacher son corps, a raconté au jury le procureur adjoint Eugene Miller.  

« Il a affirmé qu’elle ne serait jamais retrouvée », a dit M. Miller, cité par le quotidien Chicago Tribune.  

Le procureur possède les aveux de Brendt Christensen enregistrés à son insu par sa petite-amie de l’époque. Une tache de sang a également été retrouvée à son domicile, selon l’acte d’accusation.  

L’accusé se serait également intéressé aux tueurs en série, a pratiqué le sado-masochisme et a tenté d’organiser un « kidnapping consensuel » sur un site fétichiste.  

Le jour de l’enlèvement, se présentant comme un policier intervenant sous couverture, il aurait aussi tenté d’attirer une autre victime dans sa voiture.  

Selon l’accusation, M. Christensen a révélé que la jeune étudiante était sa treizième victime mais l’enquête n’a pas pu étayer ses déclarations.  

Le procès, qui se tient à Peoria, à 250 kilomètres au sud-ouest de Chicago, a suscité un énorme intérêt en Chine, compte tenu de ses éléments dramatiques. Les autorités de Pékin ont dépêché des représentants consulaires et les parents de la victime sont venus de Chine pour assister au procès.  

La famille Zhang a par ailleurs porté plainte vendredi au civil contre l’accusé et contre deux travailleurs sociaux de l’université, qui n’auraient pas prévenu les autorités quand il avait évoqué des idées de meurtre et de suicide et « une obsession pour les tueurs en série ».