/news/politics
Navigation

MarieChantal Chassé écartée par Legault

La ministre de l’Environnement peinait à défendre ses dossiers dans les médias

Periode des questions
Photo d'archives Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

 Critiquée pour ses interventions laborieuses dans les médias, la ministre de l'Environnement MarieChantal Chassé a été écartée de ses fonctions par le premier ministre François Legault mardi.

 Le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, assumera désormais ses responsabilités, tandis que MarieChantal Chassé demeurera en poste à titre de députée de Châteauguay.  

Periode des questions
Photo d'archives Simon Clark

Au cours d’un point de presse pour annoncer ce mini-remaniement, le premier ministre Legault a reconnu que l’arrivée de la femme d’affaires en politique a été «un peu plus difficile» que pour les autres ministres. «On a convenu ensemble que c’était mieux qu’elle prenne un pas de recul et qu’elle cède à quelqu’un d’autre ses responsabilités», a-t-il affirmé.  

 Problème de communication

 Depuis son arrivée à Québec, MarieChantal Chassé a peiné à expliquer ses dossiers lors d’impromptus de presse, ainsi qu’en entrevue. Le premier ministre Legault a confié avoir eu «des doutes au cours des dernières semaines» sur ses capacités à bien communiquer sur ses dossiers.  

 Une rencontre lundi a scellé le sort de la ministre. «On va avoir une rentrée parlementaire au mois de février, le mois prochain : j’ai jugé, en discutant avec MarieChantal, que ce serait difficile en février, que ce serait difficile au cours des prochains mois. Et je pense que c’était souhaitable de faire le changement maintenant», affirme François Legault. La ministre maîtrisait de mieux en mieux ses dossiers, assure-t-il, mais elle n’était pas à l’aise au moment de faire face aux journalistes.  

 Finie, la parité

 Ce rebrassage des cartes met fin à la parité du Conseil des ministres dont François Legault s’était félicité en octobre dernier. «L’objectif de la parité demeure toujours un objectif important. Par contre, il ne faut pas être rigide», a plaidé le premier ministre pour expliquer pourquoi il n’a pas nommé une nouvelle femme pour remplacer Mme Chassé.  

 Alors que la CAQ souligne mercredi les 100 jours de son accession au pouvoir, François Legault estime que la majorité de ses autres ministres performent bien, malgré leur manque d’expérience politique. «À part Marguerite Blais, j’ai un peu pris une chance sur 25 personnes et je trouve que ma moyenne au bâton est bonne», dit-il.  

 Un parlementaire d’expérience

 Élu pour la première fois en 2008 sous la bannière du Parti québécois, Benoit Charette a également siégé aux côtés de François Legault lors du précédent mandat.  

 S’il n’a pas accédé au Conseil des ministres en octobre dernier, c’est en raison de divers facteurs, notamment la représentation géographique, a dit M. Legault. «Benoit était dans ceux qui ont été sur la liste un bout de temps», assure-t-il.

« La tête haute »

La députée MarieChantal Chassé a assuré mardi qu'elle a l'intention de continuer à «servir le Québec», quelques heures après que le premier ministre François Legault ait annoncé qu'il lui retirait ses fonctions de ministre de l'Environnement.

Mme Chassée a confirmé sur sa page Facebook qu'elle compte demeurer députée de Châteauguay pour la Coalition Avenir Québec. «En me lançant en politique, j’ai choisi de servir le Québec et j’entends bien continuer à le faire. [...] Je quitte donc mes fonctions la tête haute, fière du travail accompli, et j’entends bien continuer à relever des défis importants et difficiles comme je l’ai fait toute ma vie», a écrit la politicienne.

Mme Chassé a aussi soutenu que les affaires avancent «bien» au ministère de l’Environnement. «Je laisse une organisation bien en selle, ainsi qu’un plan clair pour que mon successeur puisse relever les défis qui sont les nôtres. Il pourra compter sur une passation des pouvoirs digne et ouverte», a-t-elle dit.

Avec l'Agence QMI

Un passage difficile

  • Quelques jours après son assermentation en octobre, MarieChantal Chassé s’était bornée à répéter des lignes de presse en réponse aux questions des courriéristes parlementaires sur la taxation du carbone par Ottawa. 
  • En décembre, la ministre avait été incapable d’expliquer la réforme du Fonds vert qu’elle était elle-même venue présenter aux journalistes. 
  • En plus d’être critiquée par les analystes, la femme d’affaires a été la cible de moqueries lors de l’émission de fin d’année d’Infoman. 

 

Ce qu’ils ont dit

« Un remaniement moins de 100 jours après l’élection : on remarque encore une fois l’improvisation du gouvernement de François Legault. C’est le premier ministre qui porte le résultat de cet échec aujourd’hui. » –  Marie Montpetit, PLQ

« Le gouvernement de François Legault a l’occasion de donner un sérieux coup de barre sur ses politiques quant à la crise climatique. Va-t-il proposer une loi anti-déficit climatique ? » – Sylvain Gaudreault, PQ

« François Legault a décidé de remplacer Mme Chassé, car elle avait de la difficulté à faire face aux journalistes. Avec M. Charette, j’espère que les actions du gouvernement en environnement ne se résumeront pas à de meilleures opérations de communication. » – Ruba Ghazal, QS

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.