/qubradio
Navigation

[VIDÉO] Geneviève Guilbault a dit non au Parti libéral du Québec en 2014

Coup d'oeil sur cet article

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, affirme avoir été approchée par le Parti libéral du Québec en vue de l’élection provinciale de 2014, une offre qu’elle avait déclinée.

«Ça s’est présenté autour de 2013-2014 environ, parce que je me souviens avoir eu l’occasion de me présenter à la campagne électorale de 2014 pour le Parti libéral à l’époque, offre que j’avais déclinée. J’avais réfléchi quand même, j’avais pris le temps, j’avais eu certaines rencontres», a reconnu lundi Mme Guilbault, lors de son entrevue avec Jonathan Trudeau, dans le cadre de l'inauguration officielle du nouveau studio de QUB radio à l'Assemblée nationale. 

Mme Guilbault a poursuivi en expliquant avoir refusé, malgré son fort désir de faire de la politique, car elle n’avait pas «d’affinités avec le Parti libéral». 

«Le médium politique n’était pas le bon pour moi à ce moment-là, mais le principe de devenir candidate m’intéressait manifestement», a conclu celle qui s’est fait élire sous la bannière de la CAQ lors d’une élection partielle en octobre 2017. 

Le poids des responsabilités

Affirmant avoir une bonne capacité d’adaptation, elle se dit très à l’aise avec la vie de vice-première ministre et de députée, malgré les contraintes que ces responsabilités impliquent. 

«Quand je vais souper au restaurant avec des amis, c’est sûr que si je parle fort, je tiens pour acquis que tout le monde autour peut entendre. On a toujours cette préoccupation-là», a confié Geneviève Guilbault. 

La ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale explique que c’est une rançon qui est bien minime comparée au privilège d’occuper sa fonction.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions